Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

©Dr

POLITIQUE

Le président chinois Xi Jinping a présenté le vendredi 28 juin à Osaka (Japon) une proposition en trois points sur la construction d'une communauté de destin plus étroite entre la Chine et les pays africains.

En marge du 14e sommet du G20 à Osaka au Japon, il a présidé une réunion en présence de son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa, ancien co-président du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi, dont le pays assume actuellement la présidence tournante de l'Union africaine (UA), et le président sénégalais Macky Sall, actuel co-président du FCSA. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres y a également participé.

Les dirigeants ont échangé des points de vue et sont parvenus à un large consensus sur des dossiers majeurs tels que l'approfondissement de la coopération sino-africaine, le soutien au développement de l'Afrique et au travail accompli par l'ONU, ainsi que la protection du multilatéralisme.

M. Xi a indiqué que le sommet du FCSA organisé en septembre dernier à Beijing avait fait entrer les relations sino-africaines dans une nouvelle ère.

La Chine chérit son amitié traditionnelle avec l'Afrique, a-t-il dit, ajoutant que peu importe les variations de la conjoncture internationale et malgré l'ingérence de certaines puissances, les aspirations de la Chine et de l'Afrique pour une coopération gagnant-gagnant et un développement commun demeureront inchangées et la détermination à établir conjointement une communauté de destin plus étroite ne vacillera pas.

Au cours de cette réunion, Xi Jinping a présenté une proposition en trois points.

Premièrement, il a appelé les pays à être des pionniers du développement mutuellement bénéfique afin que les fruits de la coopération bénéficient à davantage de Chinois et d'Africains.

Ils devraient, a-t-il ajouté, harmoniser l'édification de "la Ceinture et la Route" avec l'Agenda 2063 de l'UA, l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le Développement durable et les stratégies de développement national des pays africains, ainsi qu'apporter plus de bénéfices visibles et tangibles aux peuples chinois et africains via la mise en oeuvre des fruits du dernier sommet du FCSA.

M. Xi a promis que la Chine demeurerait engagée envers les principes que sont la sincérité, les résultats concrets, les affinités, la bonne foi et la recherche du bien collectif et des intérêts communs. Elle respectera à la lettre ses engagements envers l'Afrique, soutiendra sans cesse son développement et contribuera davantage au développement et à la redynamisation du continent, ainsi qu'aux efforts conjoints des pays africains pour devenir plus forts.

Deuxièmement, il a exhorté les pays à montrer la voie en matière d'ouverture et de coopération et à s'unir davantage pour soutenir le développement de l'Afrique.

La Chine est prête à pousser la communauté internationale à augmenter sa contribution à l'Afrique, à travailler avec l'ONU pour aider les pays africains à affronter comme il se doit les défis mondiaux et à mener une coopération tierce avec l'ONU et des partenaires internationaux en Afrique sur la base du respect de la volonté de l'Afrique, a-t-il dit.

Troisièmement, M. Xi a exhorté les pays à être les protecteurs du multilatéralisme et faire de plus grandes contributions à la défense de l'ordre international.

Ils doivent respecter la diversité culturelle et le développement inclusif, soutenir les principes de consultations étendues, de contributions conjointes et de bénéfices partagés, ainsi qu'unir leurs efforts pour faire avancer la démocratisation des relations internationales, a-t-il poursuivi.

Ils doivent également s'opposer sans équivoque au protectionnisme, à l'unilatéralisme, à l'intimidation et la mentalité du "choc des civilisations", protéger ensemble le multilatéralisme et le système de libre-échange, satisfaire pleinement les demandes, droits et intérêts légitimes des pays en développement, surtout ceux d'Afrique, ainsi que protéger activement l'égalité et la justice internationales, selon lui.

Il a promis que la Chine défendrait les pays africains dans le cadre des Nations Unies et d'autres instances multilatérales, aiderait à orienter davantage de ressources pertinentes vers l'Afrique, continuerait d'encourager l'ONU à financer les opérations africaines de maintien de la paix et ferait des efforts incessants pour la stabilité, le développement et la prospérité à long terme dans le continent.

M. Xi a souligné que la Chine était prête à considérer cette réunion comme une occasion de travailler avec les pays africains et l'ONU afin de renforcer la communication stratégique, approfondir la coopération pratique, apporter de l'énergie positive à la situation internationale et construire ensemble un type inédit de relations internationales caractérisées par le respect mutuel, l'équité, la justice et la coopération mutuellement bénéfique, ainsi qu'une communauté de destin partagé pour l'humanité.

Les dirigeants africains sont convenus que cette rencontre avait totalement montré l'importance que la Chine accordait à l'Afrique et l'étroitesse des relations sino-africaines. Ils ont salué le succès du sommet du FCSA tenu à Beijing en septembre dernier et la réunion de coordination consacrée à la mise en œuvre des résultats du sommet de FCSA organisée lundi et mardi derniers à Beijing.

La coopération Afrique-Chine est concrète, efficace et pragmatique, jouissant d'un mécanisme de suivi qui répond aux besoins des pays africains, selon eux.

La partie africaine a remercié la Chine pour ses contributions positives à long terme à son développement et apprécié sa non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, a-t-on appris de même source. Les dirigeants ont dit espérer que les autres pays puissent suivre l'exemple de la Chine, l'aider à se développer, fournir des fonds de développement et augmenter le niveau de développement de cet continent. Les pays africains sont prêts à travailler avec la Chine pour mettre en oeuvre les huit initiatives principales prises lors du sommet du FSCA, édifier activement l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR) et fonder une communauté de destin partagé Afrique-Chine, selon la même source.

M. Guterres a indiqué que la Chine avait joué un rôle crucial et positif dans la promotion du développement africain. Il a estimé que cette coopération bilatérale était d'une importance significative considérable pour la mise en oeuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies. Il a promis que l'ONU soutiendrait complètement la coopération Chine-Afrique et le développement du continent, qu'elle y participerait, ajoutant qu'elle soutenait également la coopération dans le cadre de l'ICR et du FCSA.

http://french.news.cn/afrique/

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé