Aujourd'hui,
URGENT
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants

©présidence du Faso

POLITIQUE

 

 La 55e session de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO a clos ses travaux cet après-midi, par l’élection du président de la conférence, en la personne du président nigérien, Mahamadou Issoufou. Le président Issoufou remplace ainsi le président Muhammadu Buhari du Nigeria. 

On retiendra des travaux, que la session d’Abuja a marqué sa préoccupation face à la situation sécuritaire dans l’espace CEDEAO. « L’idée de la tenue d’un sommet extraordinaire a été entérinée. Il s’agit d’une idée qui est née à Accra. Les chefs d’Etat ont donné leur accord pour qu’il se tienne à Ouagadougou ». a affirmé le ministre des affaires étrangères Alpha Barry. 

Pour lui, « le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a voulu ce sommet avec tous les chefs d’Etat de la CEDEAO, tout en incluant les partenaires qui peuvent aider nos pays à sortir de cette situation ».

Le rapport sur la monnaie unique a aussi été examiné à cette session. « La volonté des chefs d’Etat pour aller vers la monnaie unique en 2020 a été réaffirmée et ils veulent tout faire pour respecter ce délai. Certes, pour y arriver il faut remplir certaines conditions, ce qui n’est pas le cas dans certaines pays » a déclaré le ministre Barry. En outre, poursuit-il « les chefs d’Etat ont donc proposé que les pays qui remplissent ces conditions puissent commencer effectivement la monnaie unique. Ils seront rejoints par les autres au fur et à mesure ». Il ne reste donc plus qu’à confirmer certains aspects de la monnaie unique comme le nom et le type de banque centrale à mettre en place, pour que tout puisse démarrer véritablement en 2020. 

Sur la question de la Guinée-Bissau, le président du Faso a, selon le ministre des affaires étrangères, exprimé l’urgence pour le pays de revenir à la normalité. « Au regard des défis que nous-mêmes nous avons, il faut donner des délais raisonnables à la Guinée-Bissau pour que nous puissions disposer de nos forces présentes dans ce pays à tout moment. Nous avons des défis majeurs qui sont urgents et importants (…), il y a un besoin réel dans notre pays », conclu Alpha Barry. 

En effet, le Burkina Faso a mis à contribution des forces de stabilisation en Guinée-Bissau, dont le redéploiement sur le territoire national constitue aujourd’hui un enjeu.

Direction de la communication de la présidence du Faso

*Le titre est de la rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé