Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

©présidence du Faso

POLITIQUE

 

 La 55e session de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO a clos ses travaux cet après-midi, par l’élection du président de la conférence, en la personne du président nigérien, Mahamadou Issoufou. Le président Issoufou remplace ainsi le président Muhammadu Buhari du Nigeria. 

On retiendra des travaux, que la session d’Abuja a marqué sa préoccupation face à la situation sécuritaire dans l’espace CEDEAO. « L’idée de la tenue d’un sommet extraordinaire a été entérinée. Il s’agit d’une idée qui est née à Accra. Les chefs d’Etat ont donné leur accord pour qu’il se tienne à Ouagadougou ». a affirmé le ministre des affaires étrangères Alpha Barry. 

Pour lui, « le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a voulu ce sommet avec tous les chefs d’Etat de la CEDEAO, tout en incluant les partenaires qui peuvent aider nos pays à sortir de cette situation ».

Le rapport sur la monnaie unique a aussi été examiné à cette session. « La volonté des chefs d’Etat pour aller vers la monnaie unique en 2020 a été réaffirmée et ils veulent tout faire pour respecter ce délai. Certes, pour y arriver il faut remplir certaines conditions, ce qui n’est pas le cas dans certaines pays » a déclaré le ministre Barry. En outre, poursuit-il « les chefs d’Etat ont donc proposé que les pays qui remplissent ces conditions puissent commencer effectivement la monnaie unique. Ils seront rejoints par les autres au fur et à mesure ». Il ne reste donc plus qu’à confirmer certains aspects de la monnaie unique comme le nom et le type de banque centrale à mettre en place, pour que tout puisse démarrer véritablement en 2020. 

Sur la question de la Guinée-Bissau, le président du Faso a, selon le ministre des affaires étrangères, exprimé l’urgence pour le pays de revenir à la normalité. « Au regard des défis que nous-mêmes nous avons, il faut donner des délais raisonnables à la Guinée-Bissau pour que nous puissions disposer de nos forces présentes dans ce pays à tout moment. Nous avons des défis majeurs qui sont urgents et importants (…), il y a un besoin réel dans notre pays », conclu Alpha Barry. 

En effet, le Burkina Faso a mis à contribution des forces de stabilisation en Guinée-Bissau, dont le redéploiement sur le territoire national constitue aujourd’hui un enjeu.

Direction de la communication de la présidence du Faso

*Le titre est de la rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé