Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

POLITIQUE

Le 22 mai dernier, la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) levait son mot d’ordre de «non finalisation de l’année scolaire». Cette décision faut-il le rappeler, est intervenue au soir de l’achèvement des travaux de rédaction du projet statut valorisant des personnels de l’éducation. Ce samedi 15 juin 2019, la CNSE a animé une conférence de presse pour apporter plus de détails sur ledit projet et les autres acquis de lutte à l’endroit de l’opinion nationale.


D’entrée, Bonaventure Belem, coordonnateur national de la CNSE a fait remarquer que l’objet de cette conférence n’est pas de répondre à ceux qui qui tirent à boulet rouge sur la CNSE «sans prendre le temps nécessaire de lire et analyser les résultats de la lutte.» Pour le coordonnateur, cette rencontre avec la presse ne vise non plus, à justifier la levée du mot d’ordre et à faire un bilan exhaustif de leur lutte syndicale mais plutôt de tenir l’opinion informée des engagements que le gouvernement a pris avec le syndicat et qui sont les seules motivations des décisions de la coordination et qu’elle assume. Pour la CNSE, le protocole signé avec le gouvernement a été fait avec beaucoup de précautions dans l’intérêt des travailleurs de l’éducation.

Du statut valorisant, la CNSE dit être parvenue à stabiliser le contenu d’un statut valorisant pour les personnels de l’éducation. «Au terme des travaux sur la question, on retient les éléments d’avancée sur le relèvement du niveau de recrutement, la création de nouveaux emplois, le règlement de la situation des personnels bloqués dans leur carrière ou sans statut, la suppression de certains emplois en vue de raccourcir la durée du parcours dans la carrière, l’élargissement d’opportunité d’évolution dans la carrière par la consécration officielle de passerelle et la création de nouveaux emplois, l’octroi d’une bonification d’un échelon à certains travailleurs, l’aménagement de dispositions particulières pour certaines catégories etc.», fait remarquer M. Belem.

Des avancées sur les autres questions, la CNSE indique que les récentes actions de luttes ont également permis l’octroi aux enseignants en situation de classe, d’une allocation annuelle de 30.000 FCFA pour l’acquisition d’ouvrages pédagogiques, le principe d’acquisition d’ordinateurs à coûts réduits pour les personnels et dont les conditions de l’opération sont en cours de finalisation, la correction substantielle des indemnités de logement, spécifique et de la bonification d’échelon octroyé pour compter du 1er janvier 2018 et de la communication d’informations plus rassurantes sur le dossier des personnels des ex-garderies populaires.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir