Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

POLITIQUE

L'Union pour le progrès et le changement (UPC) est favorable à la construction du futur hôpital de référence à Bobo-Dioulasso et nulle part ailleurs. Cependant, le parti souhaite qu’il soit construit sur un site consensuel hors de la forêt de Kua. C’est ce qu’a annoncé le parti d’opposition ce lundi 27 mai 2019 à Ouagadougou.

Le parti a d’emblée dénoncé l’agression dont ont été victime les membres du groupement opposé au déclassement partiel de Kua (Mouvement pour la Protection de la Forêt de Kua) le dimanche 26 mai dernier dans la ville de Sya. Ce groupement constitué d'organisations de la société civile et de citoyens, tous opposés au déclassement partiel de la forêt de Kua a procédé au lancement de ses activités à travers une conférence de presse à Bobo-Dioulasso.  A l'issue de cette conférence de presse, selon les cadres de l’UPC, « des jeunes instrumentalisés, armés de fouets, de cordes et d'autres objets dangereux ont agressé des responsables d’OSC encore présents sur les lieux, détruit des chaises, endommagé des engins et ont projeté vandaliser des domiciles privés des responsables du mouvement dont celui de l'initiateur, le député Moussa Zerbo ».

Aussi, à en croire le 2e Vice-président de l’UPC, Adama Sosso, ces jeunes se seraient ensuite rendus à la RTB/Haut-Bassins où ils ont « obligé » des journalistes à interrompre leurs activités pour couvrir leur manifestation avant de se rendre au cercle des débats dans la zone commerciale, où ils ont menacé des leaders d'OSC. Alertée, la compagnie républicaine de sécurité est allée sécuriser la résidence de Moussa Zerbo. Ceci étant, « l'UPC a condamné  fermement  ces actes de vandalisme  et regrette que ces agissements rétrogrades et anti-démocratiques soient soutenus par des chapelles politiques tapis dans l'ombre » a fait savoir M. Sosso. 

« L'UPC constate que le déclassement de la forêt de Kua pour la construction d'un hôpital fait couler beaucoup d'encre et de salive, toute chose qui témoigne du manque de consensus sur l'occupation de cet espace écologique. Mais jusque là, les antagonistes avaient privilégié la force des arguments et des actions citoyennes pour exprimer leurs divergences. C'est, du reste,  dans cette optique que l'UPC entend soutenir la création du Mouvement pour la Protection de la forêt de Kua dont l'un des membres est le président de la Commission du développement rural, de l'économie et des changements climatiques à l'Assemblée nationale M. Moussa Zerbo » a expliqué Adama Sosso.

Par ailleurs, le parti a témoigné son soutien à l'ensemble des membres du mouvement dont « l'objectif unique est de protéger l'environnement en s'opposant à la destruction de la forêt » Les conférenciers du jour ont aussi  invité les autorités administratives à l'impartialité dans la gestion de cette polémique et à jouer « pleinement leur rôle régalien ». Le pouvoir actuel a quant à lui été mis en garde contre toute tentative d'étouffer la liberté d'expression de citoyens soucieux de protéger leur environnement. 

Enfin, le parti du lion a affirmé  soutenir le projet de construction de l'hôpital en question à Bobo Dioulasso et « nulle part ailleurs ». Dans cette optique, le gouvernement a été invité à trouver « rapidement »  un site consensuel pour réaliser le projet pour le grand bonheur des populations bénéficiaires.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé