Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

POLITIQUE

Après un bref entretien à sa descente d'avion avec le chef du gouvernement burkinabè Christophe Dabiré, la Chancelière allemande Angela Merkel et sa délégation ont été aussitôt reçu au palais de Kosyam par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Dans le cadre de sa visite de 48 heures au Burkina Faso, la chancelière allemande Angela Merkel  a annoncé 48 millions d'euro d'investissement dans le G5 sahel soit plus de 31 milliards de francs CFA dans la formation, l'équipement et les infrastructures, l'opération militaire et le développement. Roch Kaboré et Angela Merkel ont passé en revue la collaboration bilatérale et le président du Faso a salué l'excellence des relations entre son pays et l'Allemagne. « Avec la chancelière, nous avons passé en revue la coopération de nos deux pays, tracé de nouveaux sillons, évoqué la situation sous régionale avec les efforts que nous recevons à travers les organisations sous régionales pour répondre aux menaces de tout ordre auxquelles fait face notre pays » a expliqué Roch Kabore.

La situation sécuritaire que traverse le pays s'est invitée au débat de même que le problème humanitaire. «J'ai évoqué la situation sécuritaire que nous vivons et qui a un fort impact sur l'ensemble des activités socio-économiques de notre pays. J'ai également présenté le problème de la situation humanitaire avec des déplacés internes, la fermeture des écoles dans certaines zones » a ajouté le président du Faso. Sur ce dernier point, à en Coire le chef de l'État burkinabè, l'Allemagne a annoncé une aide de 46 millions d'euro soit plus de 31 milliards de francs CFA qui devront permettre au Burkina Faso de mieux prendre en charge la question sécuritaire au Nord et à l'Est du pays et conduire des actions qui aideront à renforcer la résilience des coopérations dans ces zones.

Au titre des nouvelles orientations, les deux homologues ont mis l'accent sur le renforcement, la formation des forces de défenses et de sécurité y compris en matière de droits humains et de droit international humanitaire ainsi que la possibilité d'une dotation en équipement. « Lors de la visite du ministre des Affaires étrangères à Ouagadougou en février 2019, il a affirmé la volonté de l'Allemagne à inscrire le Burkina Faso dans le programme d'aide à l'équipement au profit des forces armées étrangères et ce, à partir de 2021. Nous sommes en train de réfléchir avec les partenaires allemands pour voir comment nous pouvons écourter ces délais et comment nous pouvons travailler ensemble dans ce domaine » a rappelé le président Kaboré.

Sur le plan économique, le président du Faso a fait un plaidoyer auprès de la chancelière pour que les entreprises allemandes puissent venir investir dans les secteurs « forts » de notre pays.

Pour mémoire, au sujet de la coopération bilatérale, l'Allemagne intervient au Burkina dans les domaines de l'agriculture, de l'eau, de l'assainissement, de la décentralisation, de la promotion des droits de l'enfant et de la gouvernance financière.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé