Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

POLITIQUE

Après la réquisition du Commissaire du gouvernement qui a demandé entre autres 20 ans de prison ferme contre le présumé cerveau de l’attaque de la Maca, le caporal Madi Ouédraogo et de deux autres, Caporal Mahamadi Zallé et Alassane Ouédraogo dit «Laadji » pour complot militaire, place a été donnée aux avocats de la défense pour leurs plaidoiries. A la fin de cette journée du lundi 16 janvier 2017, le tribunal a reçu 11 plaidoiries avant de renvoyer la suite des plaidoiries pour  ce mardi 17 janvier 2017.


Avant la réquisition du commissaire du gouvernement, les avocats de la défense ont remis un dossier contenant des documents et un enregistrement vidéo dans une clé USB au tribunal. Selon les conseils de la défense, ces éléments contiennent des preuves sur la véracité des propos du caporal Madi Ouédraogo lors de sa comparution à la barre. Pour eux, cela confirme la thèse du complot monté par l’ancien Premier ministre Isaac Zida.

« Ces éléments viennent appuyer et corroborer les propos tenus par Madi Ouédraogo consistant à dire qu’il a été victime d’un complot qui a été ourdi pour le sanctionner de son refus de participer à la triste mission qui a été demandée par l’ex Premier ministre. Ces documents montrent effectivement que des personnes ont été arrêtées et détenues et compte rendu a été fait à la hiérarchie (…) Toujours est-il que ce qu’il a affirmé est réel et il  y a des éléments qui sous-tendent la thèse du complot pour les attraper et les punir », a révélé Me Alexandre Daboné, conseil commis d’office tout en espérant que le tribunal tiendra compte de ces éléments remis ce lundi dans le verdict.

Par ailleurs, durant les plaidoiries, les onze avocats qui sont passés devant le tribunal ont tous remis en cause les éléments de l’accusation pour manque de preuve et ont demandé par la suite la relaxation et « la libération immédiate » de leurs clients. Ils n’ont pas manqué également de dénoncer la requalification du chef d’accusation d’association de malfaiteurs en complot militaire.

Suspendu vers 17h20 minutes, le procès reprendra ce mardi 17 janvier 2016 avec la poursuite des plaidoiries. Notons que bien avant les plaidoiries, le parquet militaire avait demandé lors de sa réquisition des peines d’emprisonnement contre les prévenus. Voici ce qu’il faut en retenir :

Du complot militaire
20 ans de prison ferme contre trois accusés : le Caporal Madi
Ouédraogo, Caporal Mahamadi Zallé et Alassane Ouédraogo dit « ladji » (civil)
10 ans de prison ferme contre 24 accusés
Acquittement pour deux accusés pour le bénéfice du doute : (soldats Patrice Coulibaly et Jean-Charles Gansonré)

De la détention illégale d’armes à feux et de munitions de guerre
-Peine de deux ans avec sursis à 5 ans ferme pour 28 inculpés
-Acquittement de Alexis Malboné

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir