Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin

POLITIQUE

Trois militants de l’ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ont été auditionnés ce lundi 16 janvier 2017 par la justice militaire dans le cadre de l’enquête sur la tentative du putsch orchestrée par l’ex Régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre les autorités de la transition.


C’est le parti lui-même qui l’annonce sur sa page Facebook. Kibsa Charles Niedego , Haoua Bikienga et Amidou Simporé ont été auditionnés ce lundi de 9h à 16h à la justice militaire par le juge Yaméogo sur le putsch du 16 septembre 2015. Ils seraient des proches de Salifou Sawadogo, député et quatrième vice-président du CDP soupçonné de complicité avec les putschistes par la justice militaire. L’immunité de M. Sawadogo avait été levée le 6 décembre dernier. Auditionné le 15 décembre par le juge d’instruction chargé de l’enquête, il a été déféré dans la foulée à la Maison d’arrêt et de correction des Armées. 

Son inculpation portait à 91 le nombre de personnes mises en cause dans ce dossier, pour la plupart d’anciens militaires du RSP. Plusieurs d’entre elles ont été remises en liberté provisoire. Parmi les personnes encore détenues, figurent le général Diendéré et l’ancien ministre des Affaires étrangères Djibrill Bassolé, poursuivis entre autres pour complicité et attentat à la sûreté de l’État.

«Le CDP Nouveau et l’ensemble des militants réaffirment leur soutien sans faille à ces camarades et aux autres camarades qui sont injustement maintenus en prison sans autre raison que l’acharnement politique de la part de nos adversaires», écrit l’ancien parti au pouvoir.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir