Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat
Ghana: libération des deux Canadiennes kidnappées dans la région Ashanti
Burkina: 419 269 à la conquête du CEP 2019 soit une baisse de 7% par rapport à l'année précédente 
Afrique: le Botswana décriminalise l’homosexualité
France: Édouard Philippe lance l'acte II du quinquennat au cours de sa déclaration de politique générale 
Burkina: les avocats mettent fin à leur débrayage entamé depuis le 23 avril

POLITIQUE

Trois militants de l’ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ont été auditionnés ce lundi 16 janvier 2017 par la justice militaire dans le cadre de l’enquête sur la tentative du putsch orchestrée par l’ex Régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre les autorités de la transition.


C’est le parti lui-même qui l’annonce sur sa page Facebook. Kibsa Charles Niedego , Haoua Bikienga et Amidou Simporé ont été auditionnés ce lundi de 9h à 16h à la justice militaire par le juge Yaméogo sur le putsch du 16 septembre 2015. Ils seraient des proches de Salifou Sawadogo, député et quatrième vice-président du CDP soupçonné de complicité avec les putschistes par la justice militaire. L’immunité de M. Sawadogo avait été levée le 6 décembre dernier. Auditionné le 15 décembre par le juge d’instruction chargé de l’enquête, il a été déféré dans la foulée à la Maison d’arrêt et de correction des Armées. 

Son inculpation portait à 91 le nombre de personnes mises en cause dans ce dossier, pour la plupart d’anciens militaires du RSP. Plusieurs d’entre elles ont été remises en liberté provisoire. Parmi les personnes encore détenues, figurent le général Diendéré et l’ancien ministre des Affaires étrangères Djibrill Bassolé, poursuivis entre autres pour complicité et attentat à la sûreté de l’État.

«Le CDP Nouveau et l’ensemble des militants réaffirment leur soutien sans faille à ces camarades et aux autres camarades qui sont injustement maintenus en prison sans autre raison que l’acharnement politique de la part de nos adversaires», écrit l’ancien parti au pouvoir.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé