Aujourd'hui,
URGENT
France: Alexandre Benalla et les quatre autres suspects mis en examen
Politique: Zéphirin Diabré reconduit à la tête de l'UPC pour un mandat de 4 ans
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)

POLITIQUE

L’ADF/RDA, le CDP, l’Autre Burkina/PSR, le Faso Autrement, Les Républicains, la Nafa, le RSR et l’UNDD se sont regroupés au sein de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder).

La cérémonie de signature du protocole d’accord marquant le lancement des activités a eu lieu ce dimanche 16 octobre 2016 à Ouagadougou en présence des partis politiques invités.

Afin de prôner l’intérêt supérieur des Burkinabè, un ensemble de huit partis politiques burkinabè ont fondé la Coder qui va au-delà des divisions linéaires classiques majorité/opposition. «Notre pays a traversé une période très difficile et délicate et tout le monde est conscient que, s’il n’y a pas un dépassement de soi même au niveau de la classe politique et des Burkinabè dans leur ensemble pour aller les uns vers les autres et pour aller vers la réconciliation nationale, il sera vain de relancer ce pays économiquement», a expliqué le président de la Coder, Ablassé Ouédraogo.

«Le pays va mal et tout le monde en est conscient. C’est pour cela que nous insistons sur la nécessité de renforcer la démocratie et d’aller vers une véritable réconciliation nationale pour donner à notre chère patrie les moyens de sa relance économique pour le bonheur de son peuple. Nous voulons que le Burkina Faso soit un arbre de paix, un endroit où le vivre ensemble devient une réalité», a-t-il ajouté.

D’après lui, la Coder est non seulement un cadre de dialogue, de concertations et d’action politique mais également un cadre de recherche de la cohésion sociale, de l’unité et de la réconciliation nationale des Burkinabè. Pour Ablassé Ouédraogo, la réconciliation nationale doit être le leitmotiv de tous afin d’éviter au peuple burkinabè le calvaire vécu sous d’autres cieux où la réconciliation n’a pas été possible après des périodes de crises comme celle que le Burkina Faso a traversé.

A la question de savoir pourquoi la création d’un autre front pendant qu’il existe déjà le Chef de file de l’opposition (CFOP), le 2è vice-président, Me Gilbert Ouédraogo, a affirmé que le CFOP est une institution et pour en être membre, il faut faire une déclaration d’appartenance. «Nous avons fait cette déclaration au sein du CFOP, mais, nous sommes en train de travailler à la mise en œuvre d’une Charte au sein du CFOP. Cette Charte prévoit la possibilité pour les formations politiques membres de s’organiser en sous-groupes. Et c’est dans ce cadre qu’il y a eu la formation de la Coalition pour des forces du vrai changement. C’est dans ce cadre également que la Coder a été créée. Donc, nous restons et nous sommes membres du CFOP. Mais nous nous organisons selon les affinités des uns et des autres pour pouvoir mieux travailler», a expliqué Me Ouédraogo.

Il est à noter que la Coder regroupe des formations politiques d’obédiences différentes ayant pour socle commun leur attachement à la République et aux principes démocratiques.

Composition du 1er bureau

Président : Ablassé Ouédraogo

1ervice-président : Gilbert Ouédraogo

2è vice-président : Rasmané Ouédraogo

Coordonnateur au comité technique : Achille Tapsoba

YlkohannoSomé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé