Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

POLITIQUE

Les structures organisatrices « des journées de dénonciation du terrorisme et de l'impérialisme  dans les arrondissements 1 et 2 de la ville de Ouagadougou   ont animé une conférence de presse ce jeudi 4 avril 2019 à Ouagadougou. C'est autour du thème « le terrorisme : produit et moyen de domination, d'oppression et d'exploitation des peuples par l'impérialisme » que se dérouleront les différentes activités de ces journées qui se tiendront  les 13 et  14 avril. 

Ces journées, selon les structures organisatrice, visent à  sensibiliser  les populations sur la question du terrorisme,  l'impérialisme et démontrer  les perspectives qu'elles  ont  en tant que citoyens afin de combattre main dans la main  de façon « efficace »  le terrorisme auprès des Forces de Défense et de Sécurité ( FDS ) .

« Ces journées de dénonciation du terrorisme et de l'impérialisme se tiennent dans un contexte national  particulièrement difficile pour le peuple , y compris les éléments des FDS, dont l'une des caractéristiques est l'aggravation sans précédent de la crise sécuritaire liée principalement aux attaques terroristes qui touchent tout le pays et à l'État d'urgence imposé aux tiers du territoire national »  a laissé entendre Christophe Bado, le porte-parole du comité d'organisation.

Selon les conférenciers , les  nombreuses  attaques que subit  le Burkina et la crise socio - économique et politique actuelle sont  des  illustrations « implacable de la faillite » de l' Etat  « incapable »  d'assurer l'intégrité du territoire national et de propager les intérêts du peuple face aux puissances impérialistes qui « pillent » les richesses . « C'est pour assurer ce pillage de nos richesses, maintenir notre peuple dans l'oppression tout en garantissant la sécurité à leurs alliés au pouvoir que les bases militaires étrangères notamment françaises et américaines sont installées sur notre sol sous prétexte de lutter contre le terrorisme. Ces forces ne peuvent pas piller ces ressources dans un Etat indépendant et en paix voila pourquoi le terrorisme est un moyen pour l'impérialisme d'atteindre ces visées politiques et économiques donc tout ce que nous constatons aujourd'hui comme affrontements  sont suscités par l'impérialisme pour atteindre ses  objectifs » a déclaré M. Bado.

Pour ces  différentes organisations, le terrorisme est un  « produit de l'impérialisme » dont les caractéristiques sont les guerres de pillages et l'oppression des peuples. Pour preuve  « sous le regard de leurs  drones, en plein sahel où tout est visible, les terroristes vont et reviennent entre le Mali et le Burkina et entre le Niger et le Burkina, commettent leur terreur en groupes nombreux sans que les forces étrangères ne disent mot » a expliqué le porte - parole.

Les activités de ces journées se dérouleront sur le terrain Biigsaandkoaga à Samandin sis derrière le marché « théâtre populaire ». Au programme, un tournoi de Maracaña dénommé « tournoi Maracaña contre le terrorisme » toute la journée du 13 avril précédé d'un meeting sur le thème retenu. Le 14 avril, un concert « contre les bases militaires étrangères » suivi d'une kermesse mettront fin à ces journées. En rappel, ces journées s'inscrivent dans le cadre des journées anti - impérialistes qui ont été organisées au plan national le 2 décembre 2018.

Cette initiative émane du Comité de défense et d'approfondissement des acquis de l'insurrection populaire ( CDAIP)  de l' arrondissement 1, de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère ( CCVC ) , du comité MBDHP  ( Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples)  de Sitarail , de la sous section ODJ ( Organisation démocratique  de la  jeunesse de Burkina) de Baskuy , du comité F- Synter (Fédération des syndicats nationaux des travailleurs de l’éducation et de la recherche)  des arrondissements 1 et 2 et de la sous - section Syntsha (Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale)  du CHU-Yalgado.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé