Aujourd'hui,
URGENT
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants
Economie: le prix Nobel d'économie a été attribué à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer
Tunisie: l'universitaire Kaïs Saïed élu président au second tour de la présidentielle (Sondages)
Nobel: le prix Nobel de la paix attribué au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed
Tunisie: la justice a décidé de libérer le candidat à la présidentielle Nabil Karoui, en détention pour des soupçons de fraude fiscale
Fonds mondial: le montant des 14 milliards de dollars pour éradiquer le Sida, la tuberculose et le paludisme d'ici à 2030 a été atteint

POLITIQUE

Le président de la Convergence de l’Espoir, Jean Hubert Bazié  et le président du RDEBF, Adama Séré ont animé ce mardi 2 avril 2019 à Ouagadougou, le point de presse hebdomadaire du Chef de file de l’opposition politique (Cfop). Visite du Premier ministre à l’opposition politique, affrontements meurtriers à Zoaga (8 morts) et à Arbinda (7 morts) et la grève annoncée du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) ont été au menu des échanges avec la presse.

L’opposition politique s’est réjoui de la visite du Premier ministre au siège de l’opposition, la toute première de l’histoire. Elle dit être ouverte à tout dialogue permettant de relever les grands défis de la Nation. Toutefois, souligne Jean Hubert Bazié, le dialogue prévu par le Président du Faso doit être «franc, sincère et dénué de tout calcul politicien». «Nous ne voulons pas que le nouveau Premier ministre sert d’alibi au pouvoir en place, nous ne voulons pas des manipulations» a-t-il prévenu.

S’agissant des nouveaux affrontements intervenus dans la commune de Zoaga dans le Boulgou et à Arbinda dans le Soum dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2019, l’opposition estime que le gouvernement burkinabè est «coupable de passivité». «Malgré les alertes rouges successives, des dispositions n’ont pas été prises pour éviter ces affrontements» a affirmé M. Bazié. Et Adama Séré du RDEBF d’ajouter qu’«il faut que le gouvernement mette les moyens pour anticiper les choses.»

Amadou Diemdioda Dicko, 4ème vice-président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC)  estime par rapport à la situation d’Arbinda, il faut que l’Etat s’assume sans tergiversation. A l’entendre, ce qu’il y a au Sahel présentement, c’est la question de la peur qui va vers la terreur. «Depuis l’enlèvement du maire de Markoye, on s’est rendu compte qu’il est quasiment impossible à une autorité quelconque de sortir de Gorom-Gorom et de Djibo sans escorte. Le deuxième élément, c’est l’abandon des villages: tous les villages du long de la frontière et même dans le centre ont été abandonnés. Les populations sont en train de fuir, il y a celles qui descendent vers le sud et il y a celles qui remontent vers le nord, il y a donc maintenant la suspicion qui mène» a-t-il déploré.

Il préconise que, les représentant de l’Etat qui sont à la base transmettent véritablement les problèmes, la réalité des choses au plus haut sommet. «Les représentants de l’administration ne transmettent pas véritablement ce qui se passe sur le terrain parce que, le problème s’est aggravé du jour au jour après l’assassinat du préfet d’Oursy. C’est depuis ce temps que les autorités devraient prendre des dispositions» s’indigne M. Dicko.

Par ailleurs, l’opposition politique s’est également prononcée sur la grève annoncée du Syntsha pour la mi-avril. L’opposition invite le gouvernement à entamer sans délai des négociations pour la levée de ce mot d’ordre.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé