Aujourd'hui,
URGENT
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».
Burkina: Incarcéré à Ouaga,Jean Claude Bouda, ex ministre de la Défense obtient une «permission» d’un mois pour des soins (LeFaso.net). 

POLITIQUE

Depuis un certain temps, le gouvernement du Burkina a adopté un  Plan de réponse et de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition (PRSPV). Ce plan qui selon Salifou Ouédraogo, ministre en charge de l’agriculture, est un instrument d’assistance du gouvernement aux populations vulnérables, vise à apporter une réponse aux besoins spécifiques des ménages à risque d’insécurité alimentaire. Celui de 2019 a été dévoilé le 29 mars 2019 à Ouagadougou.

Le dispositif national de sécurité alimentaire, conformément à la Charte sur la prévention et la gestion des crises alimentaires, s’est engagé à l’élaboration et la mise en œuvre annuelle de plans de réponse et de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition. Ces plans visent selon le ministre  Salifou Ouédraogo, à apporter une réponse aux besoins spécifiques des ménages à risque d’insécurité alimentaire, à la malnutrition et à réduire les effets des crises sur les populations et le bétail par la protection et la reconstitution des moyens d’existence.

Face à la presse ce 29 mars, le ministre en charge de l’agriculture a indiqué que le PRSPV 2019 a été élaboré suite à une analyse de la vulnérabilité alimentaire du Burkina à partir des résultats prévisionnels de la campagne agropastorale 2018-2019. A entendre le ministre, «l’analyse de la vulnérabilité alimentaire fait ressortir, au niveau national, pour la période de juin à août 2019 environ 3.745.200 personnes sont sous stress alimentaire, 676.200 personnes en situation d’insécurité alimentaire sévère dont 24.283 personnes en phase d’urgence».


Salifou Ouédraogo indique qu’en moyenne la saison écoulée a été bonne mais, des zones sont restées déficitaires. Il s’agit des régions du Sahel, du Centre Nord, du Nord et de l’Est. Pour faire face à cette situation, le gouvernement a adopté lors du conseil de ministres du 27 mars dernier d’injecter plus de 27 milliards de francs CFA dans le dispositif national de sécurité alimentaire pour soutenir les populations vulnérables.

Toute chose qui permettra d’apporter une assistance avec, entre autres, la mise à la disposition des céréales à un prix social, la distribution gratuite de vivres, l’accès aux aliments pour bétail, l’appui à la production végétale, la prise en charge des enfants en situation de malnutrition sévère. surtout qu’en 2018, la campagne agropastorale a connu un déficit de 12% et 2.671.867 personnes étaient en insécurité alimentaire «sous stress» au Burkina Faso, 864.177 personnes en situation de crise alimentaire, 90.138 personnes en situation d’urgence alimentaire. La prise en charge des personnes vulnérables à l’insécurité alimentaire par le gouvernement a coûté plus de 81 milliards de francs CFA.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir