Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

POLITIQUE

Ce mercredi 27 mars 2019, le président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a rendu une visite de courtoisie au président du Front patriotique pour le renouveau (FPR) Aristide Ouédraogo et à sa direction politique à son siège à Ouagadougou.

Cette visite de l’UPC fait suite à celle que le patron du FPR avait effectuée au siège du parti du « Lion», il y a de cela quelques semaines. Et selon Zéphirin Diabré, président de l’UPC, dans la pure tradition africaine, «il était donc normal voire indiqué qu’à notre tour, nous venons les remercier pour leur geste et ensuite pour leur témoigner notre sympathie en tant que parti politique qui, au sein de l’opposition et du côté de l’UPC, se bat pour l’alternance, le vrai changement dans ce pays». 

Il a saisi cette occasion pour traduire sa satisfaction sur le travail qu’abat le Front patriotique pour le renouveau (FPR) sous la conduite de son président. «Depuis sa création, il y a de cela un an, on voit déjà qu’il a réussi à prendre ses marques dans le milieu politique par ses prises de positions, par ses activités qu’il mène sur le terrain. Nous ne pouvons que lui souhaiter davantage de dynamismes, d’engagements et de chances  pour que l’objectif politique qu’ils se sont fixés soit atteint» a déclaré M. Diabré. 

A l’entendre, à travers cette visite, c’est un signal que l’UPC veut lancer sur leur volonté de continuer à renforcer la relation qui existe entre l’UPC et le FPR, laquelle volonté va au-delà de leur appartenance commune à la famille de l’opposition. «Nos deux partis ont une vision pour ce pays: il faudrait que très rapidement, les Burkinabè acceptent le chemin de la vraie alternance et du vrai changement. Et comme nous partageons cet objectif commun, il va de soi que nous devons mener le combat ensemble. Donc, notre visite participe d’une certaine manière à ce renforcement des liens entre nos deux organisations dans la perspective de cette ambition commune et dans le soucis de pouvoir mener le combat commun pour y arriver» a expliqué le président du parti du «Lion».

Une visite appréciée à sa juste valeur par le président du Front patriotique pour le renouveau (FPR), Aristide Ouédraogo qui dit en être heureux et a remercié le président de l’UPC pour son soutien. «Nous pensons que nous sortons renforcés de cette visite: un renforcement qui se veut dynamique et également très stratégique entre les deux partis» s’est réjoui M. Ouédraogo.  S’agissant d’une éventuelle coalition avec l’UPC pour les élections de 2020, M. Ouédraogo a fait savoir qu’à l’orée des élections, il dévoilera les stratégies qui seront développées. «Pour l’heure, nous y travaillons. Nous sommes en train de peaufiner et rien n’est encore décidé officiellement» a-t-il affirmé.

Actualité oblige, afin de savoir la position du FPR sur le vote de la nouvelle Constitution, M. Ouédraogo a indiqué que, la position de son parti ne saurait naturellement divergée de celle du Chef de file de l’opposition. «Réuni au sein du Cadre de concertation du Cfop et également par respect pour l’ensemble des membres de ce cadre, la position du FPR ne saurait naturellement divergée de la position du chef de file. Et à ce niveau, nous nous réunirons pour pouvoir réexaminer la question afin de pouvoir communiquer d’une seule voix au regard de cette question pertinente qui intéresse la vie de la nation» a-t-il conclu.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé