Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

POLITIQUE

Le Cadre d’expression démocratique (CED) a animé une conférence de presse ce mercredi 27 mars 2019 à Ouagadougou. Pascal Zaïda, coordonnateur national et ses camarades sont revenus sur le nouveau code électoral, promulgué le 15 août dernier par le chef de l’Etat, Roch Marc Kaboré après son adoption à l’Assemblée nationale.

Pour Pascal Zaïda, «le passage en force» de la loi électorale à l’Assemblée nationale et sa promulgation «à la sauvette» par le président du Faso, sont des signes d’un «pouvoir conscient de son impopularité et qui prépare sa victoire prochaine par la fraude.» «Si l’opposition accepte ce code électoral, elle l’aurait ainsi validé pour la réélection de Roch Marc Christian Kaboré», ajoute le président du CED.

La relecture de l’article 72 pour ramener au plus à 500 électeurs pour un bureau de vote au lieu de 800 ; La relecture de l’article 47 afin que les bureaux de vote ne soient plus confinés aux seuls ambassades et consulats mais qu’ils soient plus proches des électeurs ; la relecture de l’article 52 et suite pour rajouter la carte consulaire biométrique comme pièce de votation ; La fixation d’un délai d’un mois minimum par pays et six mois pour les à forte présence des Burkinabè de l’extérieur pour l’enrôlement ; La transmission dans un bref délai par l’Office national d’identification à la Commission électorale nationale indépendante des données de son fichier ; L’annulation pure et simple de toutes les anciennes cartes d’électeurs ; Le comptage manuel des résultats au lieu d’un comptage électronique comme prescrit ; Le regroupement des résultats par province avant de faire la centralisation à Ouagadougou ; L’affichage des résultats par bureau de vote, commune et par province. Ce sont autant de revendications faites par le CED.

Pour quelles chapelles prêchez-vous ?

A cette question, Pascal Zaïda estime que même si ces revendications sont politiques, il assume parce que pour lui, le CED en tant qu’OSC, est en droit d’exiger que les prochaines échéances électorales se passent dans la transparence et dans l’équité. Du reste, constatant la passivité des partis politiques de l’opposition relativement à la question, le CED s’insurge contre cette contemplation «absurde» de l’actuel code électoral et contre leur inaction face à ce qui constitue selon lui, la stèle de leurs revers politiques futurs. Partant, M. Zaïda interpelle la communauté internationale et invite la société civile à plus de vigilance sur le sujet afin qu’il soit purifié de ses germes «antidémocratiques et divisionnistes». Il conclu que ce nouveau code électoral exclut des millions de Burkinabè.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé