Aujourd'hui,
URGENT
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)

POLITIQUE

Au cours de la séance de travail qu'il a eue ce 24 mars 2019 avec le Conseil de sécurité de l'ONU, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a tenu à souligner à ses interlocuteurs, que la question des droits humains est centrale dans l'intervention des forces de défense et de sécurité, sur le terrain de la lutte contre le terrorisme, et que le gouvernement veille au respect scrupuleux des libertés individuelles et collectives.

La mission des Forces de défense et de sécurité (FDS) est de protéger les populations, les personnes et les biens, et de défendre l’intégrité du territoire. 

Le respect du droit à la vie, du droit à l’intégrité physique des personnes et du droit à un procès équitable tels que garantis par les instruments juridiques de protection des droits de l’homme auxquels le Burkina Faso est partie, est un engagement permanent.

Dans ce sens, Roch Marc Christian Kaboré a révélé que plus de 700 présumés terroristes sont incarcérés pour les besoins des enquêtes.

 

Direction de la Communication de la présidence du Faso.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé