Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)
Burkina: «Plus d'une dizaine de militaires» tués dans l’attaque de leur détachement
Soudan: le procès pour corruption d'Omar el-Béchir s'ouvre à Khartoum
Burkina: 270 776 personnes déplacées internes enregistrées à la date du 16 août, le plan d'urgence estimé à plus de 110 milliards de FCFA
Fada N'Gourma : décès de sa Majesté Kupiendieli, 31ème Roi du Gulmu, dans la nuit de vendredi 16 au samedi 17 août 2019. 
Soudan: le nouveau Premier ministre Abdalla Hamdok confirmé le 20 août

POLITIQUE

Le président du Faso, président en exercice du G5 Sahel, Roch Marc Christian Kaboré a eu une séance de travail avec une délégation des membres du Conseil de sécurité des Nations unies ce dimanche en début de soirée. Les échanges ont essentiellement porté sur le G5 Sahel, les défis sécuritaires du Burkina Faso, et la coopération entre la MINUSMA et la force conjointe du G5 Sahel.

Pour le ministre Burkinabè des Affaires étrangères Alpha Barry, cette séance de travail se tient à l’issue d’une rencontre qui a eu lieu à Bamako au Mali et a permis de redéfinir les bases de la coopération entre la MINUSMA et la force conjointe du G5 Sahel. « Il s'est agi de trouver comment la MINUSMA peut appuyer en logistique et de façon opérationnelle le G5 Sahel pour que la force conjointe soit plus performante sur le terrain » a fait savoir Alpha Barry. Le souhait des membres du G5 Sahel, selon le ministre Barry est que « la coopération entre les deux forces, qui se limitait à l’intérieur des frontières du Mali puisse s’étendre sur l’ensemble de l’espace du G5 Sahel et prendre en compte les sept bataillons qui sont engagés dans la force conjointe ».

Les diplomates Allemand Christoph Heusgen, Ivoirien Kacou Houadja Léon Adom et Français François Delattre, tous représentants permanents de leurs pays respectifs auprès des Nations Unies, et co-présidents du conseil de sécurité, ont réaffirmé la solidarité, l’amitié et le soutien du Conseil au Burkina Faso en guerre contre le terrorisme. « Le Secrétaire Général des Nations Unies a instruit son représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest, monsieur Mohamed Ibn Chambas de concentrer les efforts de la région sur le Burkina Faso » a expliqué l’ambassadeur représentant permanent de l’Allemagne aux Nations unies.

La délégation a invité le gouvernement burkinabè à œuvrer au resserrement du tissu social distendu par des affrontements intercommunautaires. Elle s’est aussi dite soucieuse du respect des droits des citoyens dans le contexte de la lutte anti-terroriste. « La lutte contre le terrorisme doit être menée en respectant les droits de l’homme. Il faut aussi protéger les femmes et les enfants qui sont le plus souvent les victimes », a précisé l’ambassadeur Heusgen.

Le conseil de sécurité a loué la vitalité de la société civile, engagée entre autres sur le terrain de la lutte contre la corruption, et salué l’esprit d’intégrité des burkinabè. Il a félicité le Burkina Faso pour les réformes démocratiques engagées notamment celle portant révision de la Constitution, et encouragé le gouvernement à poursuivre les réformes et à mettre en œuvre les lois déjà adoptées.

Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé