Aujourd'hui,
URGENT
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)
Burkina: trois assaillants abattus à Foutouri dans l'Est du pays suite à une «vigoureuse riposte» des soldats (Armée)
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération
Burkina: les trois opérateurs mobiles (ONATEL, ORANGE et TELECEL) comptent 19 millions d’abonnés, soit un taux de pénétration de 96%
Burkina: Macky Sall exprime sa solidarité au peuple burkinabè après l'attaque du convoi de la mine de Semafo à Boungou
Mali: le chef djihadiste Amadou Koufa placé sur la liste terroriste américaine
Côte d'Ivoire: Charles Blé Goudé sera jugé par le tribunal criminel à Abidjan
Burkina: les syndicats de la santé suspendent leur mouvement d'humeur engagé depuis plus de 6 mois suite à la reprise des négociations

Photo: présidence du Faso

POLITIQUE

Le Premier président de la Cour des comptes, Jean Emile Somda a remis le rapport public 2017 de la Cour, au chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, ce vendredi en fin de matinée.

Le Président du Faso attache du prix à la mise en œuvre des recommandations de la Cour des comptes pour une meilleurs gouvernance administratives et financière au Burkina. «Le Président du Faso nous a écouté. Il a fait savoir qu’au-delà des ministres, il faut porter l’information jusqu’au Premier ministre, rechercher avec l’exécutif des cadres de discussions pour que les recommandations soient suivies d’effets » a déclaré Jean Emile Somda après la remise du rapport. Le Premier président de la Cour des comptes dit aussi avoir recueilli des conseils auprès du chef de l’Etat pour aider l’organe de contrôle des comptes publics à mieux assumer sa mission.

Le rapport 2017 de la Cour des comptes comprend trois parties selon son Premier président. La première a trait aux opérations de l’Etat. Deux remarques ont été fait à ce propos. Il s’agit d’une part de la non-production du compte général de l’administration des finances. « Selon la loi, le ministre des finances qui est l’ordonnateur principal, doit présenter un compte général, puisque la Cour des comptes doit contrôler la sincérité des comptes de l’Etat » a indiqué Jean Emile Somda. D’autre part, l’institution a relevé un faible niveau d’exécution des dépenses réalisées sur les prêts et les subventions pour le financement des programmes de développement. « Par exemple sur les dépenses sur les prêts, le taux d’exécution n’était qu’à 18,33% et 27,86% pour les subventions. Ce problème est souvent lié aux contre parties que l’Etat lui-même doit dépenser » a fait savoir le Premier président de la Cour des comptes.

La deuxième partie de ce rapport est relative au contrôle des opérations des collectivités territoriales. Ainsi la juridiction, selon son président, s’est appesantie sur les contrôles réalisés dans la région de l’Est. Au conseil régional et dans la commune urbaine de Fada N’Gourma, des dysfonctionnements ont été constatés. Il s’agit entre autres du non-fonctionnement de commissions permanentes, de la non-tenue des archives, de la non-soumission à bonne date des plans de passation des marchés aux équipes techniques de contrôle.

La troisième partie du rapport porte sur les entreprises publiques de l’Etat. La Cour des comptes dit avoir remarqué l’absence de définition et de description formelle des attributions des responsables de projets de construction et d’équipements. Il s’agit principalement de la construction de trois centres hospitaliers régionaux, à Fada N’Gourma, Dédougou et Gaoua. « Nous avons remarqué qu’il n’y avait pas d’étude de faisabilité de ce projet. Sans cette étude, au cours de l’exécution des problèmes peuvent surgir » a expliqué Jean Emile Somda. 

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé