Aujourd'hui,
URGENT
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants

POLITIQUE

Une délégation du Conseil constitutionnel a été reçue en audience  ce mardi 19 mars 2019 à la primature par le chef du gouvernement, Christophe  Marie Joseph Dabiré. L'ordre du jour portait sur des collaborations futures entre le Premier ministère et l’institution que dirige Kassoum Kambou.

« Première visite  depuis sa nomination, nous lui avons souhaité bonne chance et réussite dans ses  nouvelles fonctions et nous avons échangé sur nos collaborations futures. Vous savez que le Premier ministère est l'un des principaux justiciables du conseil constitutionnel et  l'une des institutions qui nous saisi le plus dans notre travail au  quotidien. Donc c'était bon que nous  échangions  et que nous  expliquions au Premier ministre  comment les choses se passent  et dans quel cas il peut nous saisir à travers des dossiers précis » a fait savoir M. Kambou.

Selon lui, vu que le Conseil constitutionnel jouant un rôle  ''assez important''  puisqu’étant compétent en matière constitutionnelle et étant l’un des premiers  protecteurs des droits individuels et collectifs, il était de leur devoir d'aller le présenter  au chef du gouvernement. « Le chef de l’Etat, le Premier ministre et le président de l'Assemblée nationale peuvent nous saisir pour contrôler certaines lois notamment les plus importantes. Le Premier ministre  nous saisi pour les traités et les conventions qu'il passe avec les partenaires étrangers. A titre d’exemple, au cours de l'année 2018, le Premier ministre  nous a saisi 21 fois donc vous voyez qu’il est un collaborateur assez important » a ajouté le président du conseil constitutionnel. 

Kassoum Kambou a par la même occasion expliqué  que l’adoption de la nouvelle constitution, celle de la Ve République, ne  relevait  pas de la compétence du conseil constitutionnel. « C’est le peuple qui décide d'une nouvelle constitution. Quand elle sera adoptée, nous veillerons à ce que toutes les lois qui seront votées soient en  conformité  avec cette constitution » a t’il déclaré.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé