Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde

Photo: présidence du Faso

POLITIQUE

En présence des présidents Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, et Idriss Deby Itno, dont le pays était l’hôte de l’événement, les participants à la 1ère édition du Salon africain de l’Agriculture (SAFAGRI) qui s’est tenu du 12 au 15 mars 2019, ont souhaité que la manifestation soit institutionnalisée, sous l’égide de l’Union africaine.

Près de 40 pays ont pris part au salon, organisé par le gouvernement du Tchad, en collaboration avec le Comité permanent inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel, le CILSS. Ce sont au total 11 recommandations qui ont été adoptées par les participants, qui ont mandaté le CILSS, le ministre coordonateur du CILSS (NDLR: ministre de l’Agriculture du Burkina Faso) et le ministre en charge de l’Agriculture du Tchad, pour définir la feuille de route dans la perspective de faire de l’événement une manifestation continentale.

La dynamique que veut insuffler le salon est de booster les chaînes de valeurs dans le domaine de l’agriculture, afin de faire du secteur un moteur de croissance et de création d’emplois. 

Pour le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, par ailleurs président en exercice du CILSS, qui a prononcé le discours de clôture de l’événement, la transformation des chaînes de valeurs agro-sylvo pastorales et halieutiques africaines est aussi « un facteur de renforcement de la résilience de nos populations, face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle ».

Le Tchad, par la voix de son ministre des Mines, du Développement industriel, du Commerce et de la Promotion du secteur privé, s’engage à faire du SAFAGRI un lieu de rendez-vous continental, tandis que son homologue en charge de l’Agriculture, à la tribune de la cérémonie de clôture, a martelé que « le SAFAGRI est un bébé, dont le père est CILSS, et la mère...tchadienne ». 

A l’issue de la cérémonie de clôture, une visite des stands d’exposition par les deux chefs d’Etat leur a permis de découvrir un échantillon du potentiel agricole du Tchad. Rendez-vous a été pris pour 2020, toujours à N’Djamena, pour la deuxième édition.

Direction de la communication de la présidence du Faso.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé