Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

Photo: Mairie de Ouagadougou

POLITIQUE

Comment accompagner la mutation urbaine de Ouagadougou jusqu’en 2050 en tissant sur ses spécificités et ses initiatives locales pour répondre aux vulnérabilités? Pendant 15 jours des experts venus des quatre continents se pencheront sur la question afin d’«imaginer la ville de Ouagadougou de demain» en se basant sur un large processus participatif et des consultations des parties prenantes. La cérémonie officielle d’ouverture de cette session a eu lieu ce mardi 5 mars 2019 à Ouagadougou. 

Ouagadougou se pose comme toutes ses consœurs en métropole, capitale bouillonnante congestionnée et en restructuration permanente. Ce qui la distingue surtout à l’instar de quelques autres grandes villes africaines, c’est le rythme effréné de son développement.  La population de la ville de Ouagadougou en 2050 est estimée à environ 10 millions d'habitants.

Et pour relever ce défi, le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dieudonné Bonanet, a fait savoir que le présent atelier, avec pour thème «Ouaga 2050, vivre au quotidien à l’échelle du Grand territoire» a pour objectif de réfléchir sur une vision prospective de la ville de Ouagadougou en 2050. «Quelles sont les projections qui peuvent être faites pour permettre à cette ville d’être plus fonctionnelle, plus agréable. (…), il faut pouvoir faire un condensé, harmonisé des fonctions de travail, sanitaire, de mobilité urbaine entre autres pour permettre à la ville de remplir son rôle. Aujourd’hui, nous avons beaucoup de difficultés dans la ville de Ouagadougou pour des questions de mobilité et tout cela, demande à être organisé» a-t-il souligné.

A entendre le maire de Ouagadougou, Armand Pierre Béouindé, cet atelier permettra à la ville de Ouagadougou d’avoir une documentation structurée sur son devenir à la vision 2050. «Une ville ça se projette, ça se construit, ça se fabrique. Et sans ces outils de planification, cette volonté politique d’aller de l’avant, nous ne pouvons pas s’en sortir» a-t-il soutenu. 

La priorité de cet atelier, qui est la première du genre à Ouagadougou, va réfléchir sur le quartier Tanghin -situé au côté nord de la ville- qui se veut un quartier émergent. «Ce quartier abrite environ un tiers de la population de la ville de Ouagadougou donc, il faut le restructurer. Ces experts vont réfléchir sur ‘’Tanghin face au barrage’’» a précisé M. Béouindé.

Ce projet bénéficie de l’appui et de l’accompagnement de l’Union européenne et de l’Agence française de développement (AFD). L’appui de l’Union européenne, selon les explications du chef de  délégation de l’Union européenne, Jean Lamy, traduit son attachement d’une part à accompagner le développement des collectivités territoriales burkinabè et d’autre part faire du développement urbain un secteur pourvoyeur d’emplois et de croissance et de faire de la ville des endroits où il fait bon vivre. 

«Cette initiative portée et accompagnée par le projet d’appui au système d’informations urbain dans les communes urbaines du Burkina Faso, financée par l’Union européenne pour un montant d’environ 500 millions de francs Cfa, vise à appuyer la planification et la gestion urbaine dans la ville de Ouagadougou» a affirmé Jean Lamy.

Ce travail consolidera les analyses et sera proposé aux autorités nationales, aux partenaires techniques et financiers. Cet atelier qui mobilise des experts venus de l’Asie, l’Amérique latine, l’Europe et l’Afrique et des experts locaux aboutira à une présentation des propositions des équipes jury le vendredi 15 mars prochain. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé