Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

L’audience de ce jeudi 12 janvier 2017 était censée être consacrée au réquisitoire du commissaire du gouvernement et aux plaidoiries des avocats de la défense. Mais au début de l’audience, les avocats ont demandé au tribunal un renvoi en vue de mieux préparer leur mémoire en défense. Renvoi qui ne posait pas également problème au parquet militaire. A cet effet donc, le président du tribunal, Seydou Ouédraogo, a renvoyé le procès au lundi 16 janvier prochain.


Cette demande de renvoi, selon les avocats, doit leur permettre de mieux se pencher sur la requalification des poursuites en complot militaire. Notons qu’à l’issue des comparutions hier mercredi, le tribunal avait demandé aux parties de considérer l’article 190 du code de justice militaire relatif au complot militaire dans les réquisitoires et les plaidoiries.

Outre cette demande, les avocats avaient réclamé au tribunal la comparution en qualité de témoin des généraux Pingrenoma Zagré et Gilbert Diendéré et du caporal Claude Ido. Pour eux, leur présence à la barre contribuera à la manifestation de la vérité surtout en ce qui concerne les propos tenus par le caporal Madi Ouédraogo, le cerveau présumé du projet d’attaque de la Maison d’arrêt et de correction des armées, le mardi dernier lors de sa comparution.

Le commissaire du gouvernement, Alioun Zanré n’y voit aucun inconvénient à ce qu’on entende les deux généraux mais ajoute que pour lui, il sera difficile de faire comparaitre le caporal Claude Ido qui est actuellement en mission onusienne au Mali. A en croire le procureur militaire, « la procédure en la matière est longue et peut prendre un mois ».

A ce sujet, le président du tribunal a indiqué qu’il n’y « voyait pas la nécessité » de les faire comparaitre et que par conséquent sa décision n'avait toujours pas changé. Ce qui veut dire que ni les deux généraux ni le caporal Ido ne seront entendus dans le cadre de cette affaire.

Dite décision du tribunal que n’arrive toujours pas à comprendre les avocats. « Je ne comprends pas. Qu’il émette le mandat d’amener et que les gens refusent d’exécuter le mandat d’accord. Mais qu’il n’émette pas le mandat sous prétexte qu’il est au Mali…Le Mali est à combien d’heure d’ici ? Si on veut que Claude Ido comparaisse demain matin, il viendra», a laissé entendre Me Christophe Birba.

Dimitri Kaboré
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir