Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

POLITIQUE

Nommé par décret le 10 janvier dernier, le général de brigade Moïse Miningou a été installé dans ses fonctions de Chef d’état-major général des armées (CEMGA) ce jeudi 31 janvier 2019 par le ministre de la Défende et des Anciens combattants, Moumina Chériff Sy.

Les chefs qui se succèdent à la tête d’une institution sont les moteurs qui lui insufflent la marche à suivre. Chacun de par son expérience, son leadership, sa vision et sa philosophie, lui donne un élan visant à atteindre les objectifs visés. Au-delà de son symbolisme, cette cérémonie de passation de commandement à la tête de l’institution militaire, est un passage de témoin entre deux chefs. Elle vient rappeler ainsi la nécessité de toujours réadapté les FAN à un contexte en perpétuel changement pour répondre efficacement aux défis.

Du 4 janvier 2016 à ce jour, le général Oumarou Sadou, aura passé un peu plus de trois ans à la tête des forces armées du Burkina. Le bilan de ces trois années selon le CEMGA sortant est positif. Pour lui, des efforts ont été faits et se traduisent par l’amélioration des conditions de vie du militaire par la révision du régime de solde, l’instauration de prime d’opération, l’indemnisation des familles des militaires décédés en opération et surtout, l’adoption de la loi de programmation militaire pour l’équipement progressif des Forces armées nationales (FAN).

«Il n’y a aucun doute que ces efforts devront être poursuivis et accompagnés de l’engagement constant des hommes sur le terrain, leur adaptation et leur parfaite connaissance de l’ennemi hybride et surtout la mobilisation nationale pour l’atteinte de l’objectif», fait remarquer le général Sadou. Pour lui, le combat contre les forces du mal sera une lutte de longue haleine ou chaque acteur aura son rôle et sa place. Le général Sadou conclut que la victoire ne sera pas l’action unique d’une composante isolée mais la conjugaison des efforts de toutes les parties prenantes de la lutte.

«Seul, je ne pense pas que je peux apporter quelque chose de nouveau. Mais j’ai toute l'armée derrière moi. Et avec la détermination, ça va être difficile certes mais nous allons avoir la victoire». Ce sont là les premières paroles du nouveau CEMGA Moïse Minoungou. Dans le contexte actuel où le Burkina connait une recrudescence des agressions terroristes meurtrières, le nouveau CEMGA fait appel à toutes les compétences passées et présentes, à toutes les forces militaires, de gendarmerie, de police et à toutes les intelligences civiles, à fédérer les capacités et actions, en vue de circonscrire le phénomène du terrorisme. En rappel, Moïse Miningou est un officier d’artillerie précédemment chef d’état-major adjoint de l’armée de terre.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir