Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

C’est vers 18h que le cerveau présumé du groupe de militaires et civils accusé d’avoir eu l’intention d’attaquer la prison militaire a été appelé à la barre. Le caporal Madi Ouédraogo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a  tout de suite nié les faits qui lui sont reprochés. Il a plutôt pointé du doigt l’ancien Premier ministre, Yacouba Isaac Zida qu’il a accusé d’avoir fomenté ce complot de toutes pièces.



Ce qui a piqué au vif le Commissaire de gouvernement, Alioune Zanré, qui a accusé caporal Ouédraogo de mensonge : «C’est malsain de nourrir ce projet et jouer à la victime. Nous ne sommes pas d’accord», a martelé Alioune Zanré.

L’avocat du caporal, Michel Traoré est lui aussi monté à la charge contre l’accusation. « C’est un montage fait pour noyer mon client. Il s’agit d’une manipulation du début à la fin», clame t-il.

Suspendu vers 20h15, l’audience reprendra demain mercredi, avec la suite  de  l’interrogatoire de Madi Ouédraogo, la présentation de pièces à conviction et la comparution de deux témoins cités par les avocats : Eric Kini et Abou Ouattara. 

Les avocats de la défense demandent aussi la comparution comme témoin de Gilbert Diendéré, chef des putschistes que les accusés auraient voulu libérer.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé