Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

photo: Naim Touré

POLITIQUE

Les agents de la Garde de Sécurité pénitentiaire ont observé ce lundi 31 décembre 2018 un sit-in devant la  Maison d’arrêt et de Correction de Ouagadougou. Ils exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative, l’annulation de la révocation de dix d’entre eux et la révocation du directeur général de la GSP, Geoffroy Yogo.

Les grévistes accusent leur responsable d’être à l’origine de la crise qui secoue leur corps depuis plusieurs mois. Selon le porte-parole des agents mécontents, Oumarou Kaboré, seule la révocation de leur directeur général est la condition pour une éventuelle reprise des escortes des détenus pour les audiences et les auditions.

« Le lundi passé, nous avons demandé le départ de notre directeur général avant toute reprise de service. Hier nous avons estimé que notre doléance n’a pas été attendue. C’est pour cela que nous avons une fois de plus invité les éléments des autres Cours d’appel du Burkina et des autres services déconcentrés de la GSP et de la Maco pour qu’ensemble, nous demandions le   départ de notre directeur général » explique M. Kaboré.

La suspension des escortes sera levée à condition que leur premier responsable démissionne ou soit révoquer. Il précise surtout que cette levée va s’opérer immédiatement dès qu’un communiqué de révocation sera pris par les autorités compétentes.

En rappel, le gouvernement burkinabè a décidé le mercredi 14 novembre 2018 d’interdire d’activités le bureau  du Syndicat national de la garde de sécurité pénitentiaire (SYNAGSP) pour manquement à la législation encadrant les activités syndicales. 

En outre, il avait décidé de la révocation de dix agents de la garde de sécurité pénitentiaire pour commission de faute d’extrême gravité, conformément à l’article 164 de la loi n°016-2014/AN du 15 mai 2014 portant statut du personnel de la Garde de sécurité pénitentiaire.

Les agents de la Garde de sécurité pénitentiaire (GSP)  observent depuis le 22 octobre dernier un débrayage sous la houlette de leur syndicat national pour réclamer une amélioration des conditions de vie et de travail.