Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

POLITIQUE

A l’issue du Conseil extraordinaire des ministres tenu ce lundi 31 décembre 2018, le président du Faso a déclaré l’Etat d’urgence dans certaines provinces du pays. Un décret présidentiel viendra préciser exactement les provinces et zones concernées.

Selon le porte parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou, cette décision a été prise suite au point dressé sur la situation sécuritaire dans les régions des Hauts Bassins, des Cascades, de la Boucle du Mouhoun, de l’Est, du Centre-Est, du Nord et du Sahel. Les détails de l’Etat d’urgence seront donné via un décret présidentiel et au cours de son adresse de fin d’année à la nation.

Outre la déclaration de l’Etat d’urgence, le président du Faso a donné des instructions pour que des dispositions sécuritaires particulières soient prises sur toute l’étendue du territoire national. 

D’une manière générale, l'état d'urgence est décrété en cas de péril imminent dans un pays. Cette situation permet aux autorités administratives de prendre des mesures telles la restriction des libertés, l’assignation à résidence, la fermeture de certains lieux, l’interdiction de manifester et les perquisitions de jour et de nuit. La justice est également dessaisie de certaines de ses prérogatives.  Selon l’article 58 de la Constitution, le Président du Faso décrète, après délibération en Conseil des ministres, l’état de siège et l’état d’urgence. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé