Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde

Photo: Aujourd'hui au Faso

POLITIQUE

L'Opposition politique a animé le mardi 18 décembre dernier son dernier point de presse hebdomadaire de l'année 2018. A ce titre, six points ont été au menu des échanges avec les journalistes.

De la crise dans le secteur de l'éducation, l'opposition dit être déçu, au même titre que les acteurs de l'éducation et les médiateurs, que le gouvernement ne veuille pas respecter sa parole donnée à l'accord qui avait été signé en 2017, assorti de réformes visant la valorisation du métier d'enseignant. « L'éducation de nos enfants est d'une grande importance car elle engage l'avenir même de la nation. Si les éducateurs en arrivent à bouder le bic rouge, c'est qu'ils ont été poussés dans leur dernier retranchement », a fait savoir Adama Séré, président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF).

L'opposition politique dit être pour l'amélioration continue des conditions de vie et de travail des enseignants pour une excellente qualité de l'enseignement dans notre pays. C'est pourquoi, elle appelle le gouvernement à un sens élevé de responsabilité, à la résolution diligente de cette crise qui secoue le secteur de l'éducation. Elle s'indigne par ailleurs du fait que le Président Kaboré et son équipe assistent passivement aux fermetures d'écoles dans certaines régions à cause de l'insécurité. Elle les invite à se réveiller et à éteindre non seulement ce foyer mais aussi ce foyer né du mécontentement des enseignants.

Elle s’est également prononcée sur les résultats du sondage « Présimètre » sur l'an 3 du président du Faso. Selon les résultats du sondage, le président du Faso  a obtenu la note de 4,91/10. Tout en saluant le travail abattu par le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), l'opposition affirme qu'elle accorde davantage de place aux actions de terrains. « Nous appuyant sur cette réalité de terrain, l'échec lamentable du régime Kaboré fait qu'il ne mérite même pas 3/10. Aucun secteur ne marche, trois ans après l'arrivée de Roch Kaboré au pouvoir. (...) Tout est en panne et en décadence›› déplore le président du RDEBF.

A ce dernier point de presse de l'année en cours, l'opposition politique est revenue sur l’inculpation et la détention de Safiatou Lopez. Selon M. Séré, rien de sérieux n'est reproché à cette actrice de la société civile. ‹‹Elle est abusivement détenue pour des raisons politiques. C'est pourquoi, souligne t-il, ‹‹nous demandons sa libération provisoire pendant que la procédure suit son cours. Le cas échéant, nous tiendrons le pouvoir MPP responsable des éventuels problèmes qui surviendront suite à cet emprisonnement sans raison valable››.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé