Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

Image d'illustration

POLITIQUE

Selon ce communiqué de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), le groupe parlementaire UPC-RD dissident du groupe UPC à l’Assemblée nationale a changé de dénomination. A en croire le porte-parole, Il s’appelle désormais « Groupe parlementaire RD », une victoire d’étape pour le principal parti d’opposition.

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a été informée en date du 13 décembre 2018, que le groupe parlementaire précédemment dénommé « Groupe parlementaire UPC-RD», a pris désormais la nouvelle dénomination de «Groupe parlementaire RD» au sein de l’Assemblée nationale. 

En rappel, le groupe parlementaire dénommé « Groupe parlementaire UPC- RD » était né suite à la trahison d’un certain nombre de députés élus sous la bannière et grâce  au soutien de l’UPC en 2015.

Sommés par la justice de cesser d’utiliser le sigle et les emblèmes du parti, ils ont dans un premier temps fait appel, pour finalement se résigner à s’exécuter, avant même que l’appel ne soit examiné par la justice.

L’UPC vient ainsi de gagner une bataille, car, par son action en justice,  elle a contraint les traitres  à changer de sigle et à cesser ainsi l’usurpation de l’appellation « UPC ».

Cependant, malgré ces aménagements de forme, ce qui nous a opposé hier demeure aujourd’hui. De ce fait, nous invitons nos militants et sympathisants à rester mobilisés pour lutter contre l’escroquerie politique qui caractérise la démarche des membres de ce groupe. 

En effet, il nous revient de manière récurrente, que depuis leur séparation, les députés membres de ce groupe continuent de se réclamer de l’UPC, et ne ratent  pas une occasion pour expliquer aux militants et autres responsables des structures, qu’ils se considèrent et demandent à être considérés comme des militants à part entière de l’UPC, et à être associés aux activités du parti.

Les choses sont désormais claires. On optant de ne plus se réclamer de  l’UPC dans leur dénomination, ces députés confirment que, contrairement à leurs dénégations, ils ne se sont plus des  militants de notre parti. Les militants de l’UPC à tous les niveaux doivent donc  tirer toutes les conséquences qu’implique cette démission de fait.

L’UPC est sortie grandie de cette épreuve, grâce à l’esprit de lion qui a animé l’ensemble des militants.  Elle s’engage  à poursuivre résolument sa lutte pour le vrai changement et pour le renforcement de la démocratie dans notre pays. 

 

Ouagadougou, le 14 décembre 2018

Pour le Bureau Politique National de l’UPC, 

Le Secrétaire Général National, 

Rabi YAMEOGO

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé