Aujourd'hui,
URGENT
Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra
Burkina: le Canadien Kurk Woodman, enlevé dans la nuit du 15 au 16 janvier à Tiabangou (Région du Sahel) a été retrouvé mort
Justice: la CPI rejette la demande de maintien en détention de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé et autorise leur libération immédiate
Burkina: un citoyen canadien a été enlevé sur un site d’exploration minière situé dans la pronvince du Yagha (Région du Sahel)
Brexit: les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit par 432 voix contre
Justice: la CPI acquitte Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé et exige leur libération immédiate
Ouagadougou: un mort dans une explosion dans une villa contenant des substances explosives au quartier Silmiyiri (arrondissement 9)
Football: Salitas FC a été battu (1-0) par Al Nasr de Benghazi au match aller du tour de cadrage de la Coupe de la Confédération
Mali: le Comité International de la Croix-Rouge dresse un bilan préoccupant de la situation humanitaire
Criminalité faunique: deux présumés trafiquants burkinabè interpellés avec des peaux de cinq félins par le ministère de l'environnement

POLITIQUE

La France a transmis au Burkina Faso, par la voie diplomatique un premier lot d'archives sur la mort de Thomas Sankara, concrétisant ainsi une promesse faite il y a un an par le président Français Emmanuel Macron. 

Ces dossiers ont été transmis aux autorités burkinabè le 9 novembre dernier dans le cadre de l'enquête sur la mort du président Thomas Sankara, le père de la révolution burkinabè tué le 15 octobre 1987, selon RFI. 

Ces des documents ont été remis au juge burkinabè en charge du dossier, qui a commencé le travail de tri et de classification afin de faciliter leur exploitation. 

Les avocats des différentes parties peuvent déjà les consulter.

Un deuxième lot de documents devrait suivre dans les semaines à venir. Dans un courrier, le juge d'instruction a déjà invité les avocats des différentes parties à les consulter.

Le 27 septembre dernier, le journal français «La Nouvelle Tribune» révélait que le président français, Emmanuel Macron, a levé le verrou sur «une partie des archives (…) produits par des administrations françaises pendant le régime de Sankara et après son assassinat (…) couvertes par le secret national».

Ces documents «déclassifiés mais non encore transmis à la justice burkinabè» seront dans les prochains jours, transmis «au juge qui instruit le dossier de l’assassinat de Thomas Sankara», assassiné le 15 octobre 1987 dans des circonstances n’ont encore établies, annonçait le journal.

Président du Faso durant quatre ans, Thomas Sankara a été assassiné le 15 octobre 1987. Les circonstances de sa mort ne sont toujours pas clairement établies. Une enquête a été ouverte le 29 septembre 1997 à Ouagadougou suite à la plainte de la veuve Mariam Sankara.

L’enquête, relancée à la suite du départ de Blaise Compaoré du pouvoir, a permis d’inculper une quinzaine de personnes parmi lesquelles le général Gilbert Diendéré, homme de confiance de l'ancien président Blaise Compaoré pour "assassinat", le médecin qui a rédigé le certificat de décès et son secrétaire, et des civils. 

Deux mandats d’arrêt internationaux ont été lancés contre Blaise Compaoré, réfugié en Côte d’Ivoire  et Hyacinthe Kafando le chef du commando.

Le 28 novembre 2017 à Ouagadougou, le président français Emmanuel Macron avait déclaré qu’il  avait «pris la décision que tous les documents produits par des administrations françaises pendant le régime de Sankara et après son assassinat, … couvertes par le secret national soient déclassifiés et consultés en réponse aux demandes de la justice burkinabè».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé