Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat
Ghana: libération des deux Canadiennes kidnappées dans la région Ashanti
Burkina: 419 269 à la conquête du CEP 2019 soit une baisse de 7% par rapport à l'année précédente 
Afrique: le Botswana décriminalise l’homosexualité
France: Édouard Philippe lance l'acte II du quinquennat au cours de sa déclaration de politique générale 
Burkina: les avocats mettent fin à leur débrayage entamé depuis le 23 avril

POLITIQUE

La France a transmis au Burkina Faso, par la voie diplomatique un premier lot d'archives sur la mort de Thomas Sankara, concrétisant ainsi une promesse faite il y a un an par le président Français Emmanuel Macron. 

Ces dossiers ont été transmis aux autorités burkinabè le 9 novembre dernier dans le cadre de l'enquête sur la mort du président Thomas Sankara, le père de la révolution burkinabè tué le 15 octobre 1987, selon RFI. 

Ces des documents ont été remis au juge burkinabè en charge du dossier, qui a commencé le travail de tri et de classification afin de faciliter leur exploitation. 

Les avocats des différentes parties peuvent déjà les consulter.

Un deuxième lot de documents devrait suivre dans les semaines à venir. Dans un courrier, le juge d'instruction a déjà invité les avocats des différentes parties à les consulter.

Le 27 septembre dernier, le journal français «La Nouvelle Tribune» révélait que le président français, Emmanuel Macron, a levé le verrou sur «une partie des archives (…) produits par des administrations françaises pendant le régime de Sankara et après son assassinat (…) couvertes par le secret national».

Ces documents «déclassifiés mais non encore transmis à la justice burkinabè» seront dans les prochains jours, transmis «au juge qui instruit le dossier de l’assassinat de Thomas Sankara», assassiné le 15 octobre 1987 dans des circonstances n’ont encore établies, annonçait le journal.

Président du Faso durant quatre ans, Thomas Sankara a été assassiné le 15 octobre 1987. Les circonstances de sa mort ne sont toujours pas clairement établies. Une enquête a été ouverte le 29 septembre 1997 à Ouagadougou suite à la plainte de la veuve Mariam Sankara.

L’enquête, relancée à la suite du départ de Blaise Compaoré du pouvoir, a permis d’inculper une quinzaine de personnes parmi lesquelles le général Gilbert Diendéré, homme de confiance de l'ancien président Blaise Compaoré pour "assassinat", le médecin qui a rédigé le certificat de décès et son secrétaire, et des civils. 

Deux mandats d’arrêt internationaux ont été lancés contre Blaise Compaoré, réfugié en Côte d’Ivoire  et Hyacinthe Kafando le chef du commando.

Le 28 novembre 2017 à Ouagadougou, le président français Emmanuel Macron avait déclaré qu’il  avait «pris la décision que tous les documents produits par des administrations françaises pendant le régime de Sankara et après son assassinat, … couvertes par le secret national soient déclassifiés et consultés en réponse aux demandes de la justice burkinabè».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé