Aujourd'hui,
URGENT
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)

POLITIQUE

L’Organisation Démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso (ODJ), en collaboration avec d’autres organisations de la société civile, a tenu le 1er décembre 2018 à Ouagadougou la 3é édition des Journées anti-impérialistes autour du thème « contre les menées impérialistes et pour la démocratie et le progrès social véritables ».


Différentes organisations anti impérialistes, progressistes et révolutionnaires du Burkina Faso, d’Afrique et d’Europe ce sont réunis au Cenasa le samedi 1er décembre à l’occasion de la 3é édition des journées anti-impérialistes. A entendre le président de l’ODJ Gabin Korbeogo, cette édition se tient dans un contexte international marqué entre autres par l’exacerbation de la crise du système capitaliste –impérialiste mondial ; sur le fond des luttes sans merci entre les puissances impérialistes ; l’aggravation de l’insécurité ; le développement des migrations économiques.

Au plan national, le contexte est, selon les participants, marqué par la faillite du pouvoir MPP et de ses alliés de l’Alliance pour la majorité présidentielle qui se sont montrés ‘’incapables’’ de  trouver des solutions à la hauteur des justes aspirations du peuple et de sa jeunesse.
« L’instauration des journées anti-impérialistes est  parti d’un constat que nous avons  fait de la situation de nos Etats africains mais au-delà de l’Afrique il y a aussi la situation d’autres peuples à travers le monde  marqué essentiellement par la domination impérialiste sur toutes ses formes. A partir de 1960,  ce qu’on a appelé des indépendances  étaient en réalité  formelles,  dans la réalité ce sont des Etats qui sont sous dominations sur toutes formes, domination économique à travers l’imposition du FCFA » a fait savoir Gabin Korbeogo.

Selon les organisateurs,  en ce qui concerne le Burkina Faso,   plusieurs programmes conçus comme le PNDES (plan national de développement économique et social)  n’est  rien d’autre que le PAS (programme d’ajustement structurel) revisité  « sur le plan culturel nous  vivons  la domination à travers la langue ; sur le plan militaire avec l’insécurité grandissante vous avez vu que ce sont des armées étrangères qui cartographient  à la limite et qui déterminent  les zones rouges dans notre pays » a laissé entendre le premier responsable de l’ODJ. Pour les panelistes,  c’est une occasion  d’approfondir les échanges ;  de partager les expériences de leurs  différentes organisations aussi bien nationales ; sous- régionales qu’internationales  et  de voir  comment  à travers des luttes utilitaires et nationales afin de  contribuer à l’émancipation nationale et sociale. « A terme, ce passage d’expériences doit contribuer au renforcement de la conscience idéologique et politique de nos peuples, à l’adoption d’une plateforme anti-impérialiste et de perspectives claires de lutte et de solidarité agissante » a affirmé Gabin Korbeogo.

Cette édition s’est tenue en une journée avec trois activités principales à savoir un panel ; une exposition  de documents sur la théorie et des expériences révolutionnaires  et un concert.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé