Aujourd'hui,
URGENT
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir
Mozambique: le bilan humain du cyclone «pourrait dépasser les 1000 morts»
Musique: le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure
Mozambique: la ville de Beira terrassée après le passage du cyclone Idai, 73 morts comme bilan provisoire
Golf: le Burkina Faso remporte la « Ryder cup 2019 » devant le Japon
Burkina: Trois morts et des blessés dans l’attentat à la mine dans la Komandjari, Est du pays (AIB)
Pays-Bas: fusillade dans un tramway, au moins un mort plusieurs blessés
Nouvelle-Zélande: au moins 49 morts dans une attaque de deux mosquées
Football: Paulo Duarté a dévoilé la liste des Étalons devant prendre part au match contre la Mauritanie le 22 mars, tous les cadres y sont

POLITIQUE

Les 3, 4 et 5 mars prochain, se tiendra le deuxième congrès du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). C’est en substance ce qui est ressorti de la session ordinaire du bureau politique national du parti au pouvoir, samedi 7 janvier 2016, à Ouagadougou. Ce fut également l’occasion pour les militants du parti « orange », de dresser le bilan de l’année écoulée, mais surtout de présenter leurs vœux au président par intérim Salifou Diallo.


Pour le secrétaire général du MPP, Clément P. Sawadogo, l’année 2016 a été  celle des défis pour le « jeune » parti qui venait de « remporter avec brio » les élections présidentielle et législatives de novembre 2015. Pour celui-ci, il était question « de réussir le coup d’essai et cela n’était pas chose aisée dans le contexte post-insurrectionnel », tout en reconnaissant que la tâche ne leur a pas été facilitée par ceux qu’il qualifie de « mauvais perdants ».

C’est en cela que l’actuel président du parti estime qu’il convient que les efforts se conjuguent, afin que soit matérialisé le programme présidentiel. Ce qui constitue la « seule chose qui vaille » au-delà des intérêts individuels des membres du parti. Ainsi, cela passera à en croire les responsables du MPP par la tenue du deuxième congrès ordinaire. Cette rencontre à venir, aux dires de Salifou Diallo sera l’occasion de ressortir avec un parti fort, unifié, orienté vers la satisfaction des intérêts populaires.

Par ailleurs, 2017 sera marquée par la formation des membres du MPP. C’est ce qu’a confié son président en ces termes : « l’école du parti va s’atteler en 2017 à accélérer et à renforcer les formations idéologiques et politiques de nos militants et surtout de ses dirigeants pour faire du parti un creuset de victoires, un creuset où les jeunes, les femmes et les anciens du parti vont puiser la sève nourricière qui fortifie leur lutte ».

En effet, il est ressorti aux termes des discussions que l’heure est au ressaisissement au MPP. Et cela transparait à travers les propos de M. Diallo, pour qui « l’essentiel, ce n’est point nos petites divergences. L’essentiel, ce n’est pas nos luttes de positionnement. L’essentiel, ce n’est pas les intrigues. L’essentiel, c’est l’unité combattante au sein des militants ». Ce dernier consent qu’il convient à juste titre de faire de 2017 « une année de maturité pour le MPP ». En outre, c’est convaincu que le MPP est le seul parti qui a un programme correspondant aux aspirations du peuple, que Salifou Diallo prévient « nous n’avons pas droit à l’échec et notre peuple ne nous pardonnera pas d’avoir échoué ».

Toutefois, le Mouvement du peuple pour le progrès a réaffirmé son total soutien au Président du Faso. A cet effet, le président dudit parti s’est attardé sur le succès de la conférence des partenaires du Burkina à Paris. Selon lui, cette marque de confiance dont a fait montre la communauté internationale, est plus qu’une raison, « de ne pas rester en arrière » mais de poursuivre son soutien à l’endroit du gouvernement pour faire de 2017 l’ année de la réalisation des promesses sur la base desquelles le parti a obtenu le plus de voix d’électeurs pour accéder au pouvoir.

Guy Serge Aka

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé