Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde

POLITIQUE

L‘opposition politique burkinabè a organisé son point de presse hebdomadaire ce mercredi 21 novembre 2018 à son siège. Les échanges se sont articulés sur l’augmentation du prix du carburant, la manifestation initiée par la Coordination de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et les libertés  (CCVC) et les cotisations des forces vives en soutien aux Forces de défense et de sécurité (FDS).


En ce qui concerne l’augmentation du prix des hydrocarbures, l’opposition politique dit condamner cette augmentation «unilatérale, brutale et irréaliste» qui confirme selon elle, «la faillite éthique, économique et politique du régime en place». Pour Victorien Tougouma président du Mouvement Africain des peuples (MAP), l’absence du président Roch Marc Kaboré lors du Conseil des ministres du jeudi 8 novembre dernier qui a décidé de l’augmentation du prix du carburant, peut être considérée comme une fuite de responsabilité. «Un Président doit assumer avec courage une décision aussi grave qui touche tous les Burkinabè, même la femme enceinte et le fœtus» a martelé M. Tougouma. Et Aristide Ouédraogo, président du Front patriotique pour le renouveau (FPR) d’ajouter que, «le gouvernement doit communiquer avec le peuple dans la vérité et la sincérité. Nous savons tous que cette augmentation aura une répercussion sur le vécu du quotidien du peuple burkinabè».

L’opposition politique dit arriver à la conclusion selon laquelle les finances publiques sont au bord de la faillite du fait de la mauvaise gestion du pouvoir MPP. Selon le président du MAP, le compte-rendu de la dernière mission du FMI a été du reste l’occasion d’en avoir une confirmation que la croissance burkinabè est revue à la baisse, les recettes sont en deçà des prévisions et le déficit se creuse. A entendre l’opposition, c’est pour tenter de résorber ce déficit que le gouvernement a pris des mesures telles que l’augmentation du prix du carburant et de l’eau, recouvrement au forceps de la taxe de résidence.

Pour dire non à toutes ces mesures, la CCVC a initié une marche de protestation le 29 novembre prochain sur toute l’étendue nationale. Dans cette optique, l’opposition appelle ses militants et sympathisants ainsi que tous les citoyens burkinabè de tous les bords politiques à prendre part à cette manifestation.
S’agissant de la souscription lancée par le CFOP le 29 septembre dernier, à ce jour la somme de 3 375 000 F Cfa a été récoltée par la commission mise en place à cet effet. «Cette sommes sera versée à qui de droit. Les contributions sont toujours attendues» a conclu M. Ouédraogo.
.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé