Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

Face à la presse de son pays qui l'a accompagné en France, et au sujet de l'augmentation du prix du carburant, le président du Faso n'a pas fait dans la langue de bois. 

Roch Marc Christian Kaboré a expliqué que le gouvernement a fait des efforts pour maintenir les prix jusqu’à une date récente malgré l’envolée du prix du baril. «Depuis 2016 nous avons procédé à une réduction de 50 FCFA par litre de carburant sur la base du fait qu’au plan international les cours du carburant étaient suffisamment bas, pour que nous puissions répercuter cette baisse en faveur de nos compatriotes», a-t-il indiqué avant de justifier l’augmentation des prix: «Depuis lors vous constatez que les prix augmentent au niveau international. Nous avons maintenu ces tarifs jusqu'à maintenant, alors que par rapport à la Côte d’Ivoire, au Benin, au Togo, qui sont des pays côtiers, le carburant du Burkina Faso est moins cher. Ceci ne s’explique pas. Non seulement nous devons le prendre au port et le transporter. Nous ne pouvons pas être moins cher que les autres, si ce n’est pas que nous creusons le déficit et la subvention que l’Etat doit faire à la SONABHY.» 

Pour le président Kaboré, il était tout à fait normal de faire un réajustement des prix. «Ce n'est de gaieté de cœur ni pour le consommateur, ni pour le gouvernement, mais c'est une exigence de vérité et de responsabilité», a tenu à souligner le Président du Faso. «Se voiler le visage ne servirait à rien du tout», poursuit-il.

En ce qui concerne les augmentations des tarifs des transporteurs et des denrées de première nécessité, le président a annoncé que des discussions sont en cours pour éviter les augmentations mécaniques des prix, pour ne pas pénaliser les consommateurs.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir