Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

POLITIQUE

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a participé ce dimanche à la cérémonie commémorative de l’Armistice aux côtés de nombreux autres chefs d’Etat et de gouvernement à l’Arc de Triomphe. 

Ils étaient plus de 72 chefs d’Etat et de gouvernement à rendre hommage aux soldats tombés lors de la première guerre mondiale (1914-1918).  Au cours de la cérémonie de l'Arc de Triomphe, le président français a rappelé les affres de cette guerre. Quatre longues et terribles années de guerre « funeste », qui a fait 10 millions de morts, 6 millions d’orphelins, 3 millions de veuves, 6 millions de blessés, un milliards d’obus tirés sur le sol français, a fait savoir Emmanuel Macron. 

Emmanuel Macron a évoqué la participation d’autres continents à la bataille, dont des soldats africains qui ont contribué à reconquérir la liberté. En effet, plus de 200 milles soldats venus d’Afrique de l’Ouest ont combattu pour la France pendant cette période et 30 000 d’entre eux ont perdu la vie. Des étrangers venus du monde entier parce que la France représentait pour eux "tout ce qu’il y avait de beau dans ce monde". 

Pour le président Macron, la commémoration du centenaire doit être un moment de souvenir des actes glorieux des devanciers qui se sont sacrifiés pour la liberté. « Souvenons nous, n’oublions pas, car le souvenir de ces sacrifices nous exhorte à être dignes de ceux qui sont morts pour que nous puissions vivre libres » a déclaré Emmanuel Macron.

Direction de la communication de la présidence du Faso

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir