Aujourd'hui,
URGENT
Musique: le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure
Mozambique: la ville de Beira terrassée après le passage du cyclone Idai, 73 morts comme bilan provisoire
Golf: le Burkina Faso remporte la « Ryder cup 2019 » devant le Japon
Burkina: Trois morts et des blessés dans l’attentat à la mine dans la Komandjari, Est du pays (AIB)
Pays-Bas: fusillade dans un tramway, au moins un mort plusieurs blessés
Nouvelle-Zélande: au moins 49 morts dans une attaque de deux mosquées
Football: Paulo Duarté a dévoilé la liste des Étalons devant prendre part au match contre la Mauritanie le 22 mars, tous les cadres y sont
Algérie: le Premier ministre promet un gouvernement d’ici la semaine prochaine
Burkina: le budget 2018  dégage une épargne budgétaire de 90,19 milliards de FCFA et un besoin de financement de 396,01 milliards de FCFA
Brexit: la Chambre des communes britannique écarte une sortie de l'UE sans accord

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a prononcé un discours dans l’après-midi au siège du parlement européen sur la question de la migration, devant des parlementaires et des représentants de jeunes africains. Invité par le Groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates à la 3e édition de la Semaine de l’Afrique, le chef de l’Etat s’est prononcé sur la question, et ses implications pour l’Afrique et l’Europe. 

Roch Marc Christian Kaboré a salué l’initiative du groupe parlementaire de mettre en place cette tribune qui permet de passer en revue les relations entre l’Afrique et l’Europe dans une perspective qui garantisse la préservation des intérêts des populations. « Le phénomène de migration dont les effets et les conséquences affectent profondément nos communautés de part et d’autre constitue une préoccupation suffisamment brûlante qui mérite que nous marquions une halte pour partager nos préoccupations, nos interrogations et bien sûr, nos propositions », a indiqué le chef de l’Etat dès l’entame de son discours.

Le drame de la migration, a soutenu le président Kaboré, est qu’elle défie les lois des différents pays et met en péril la vie des candidats. Les causes de ce phénomène sont diverses, selon l’exposé du chef de l’Etat, allant de la croissance démographique, de la pauvreté, du terrorisme, de la gouvernance politique aux conflits et guerres de toutes natures. « Ces mouvements internationaux de populations influencent le développement économique et social, voire la stabilité politique des pays de départ, de transit et d’accueil », a affirmé le chef de l’Etat. Il y a donc urgence à agir pour redonner de l’espoir à ces jeunes qui traversent la mer au péril de leur vie, à la recherche d’un avenir prometteur . 

C’est pourquoi, le Burkina Faso a mis en place le Plan national de Développement économique et social (PNDES), son nouveau référentiel de développement, qui a pour ambition d’assurer un mieux-être des Burkinabè à l’horizon 2020. Il s’agit, selon lui, de transformer structurellement l’économie pour apporter des solutions durables aux problèmes d’éducation, de santé, de production agricole, de création d’emplois et d’opportunités économiques pour les jeunes, mais aussi d’améliorer la gouvernance. Il est donc nécessaire, de l’avis du président du Faso, que l’Afrique et l’Europe conjuguent les efforts en vue de minimiser le phénomène qui peut mettre à mal la coopération entre les deux continents. 

A l’issue de l’intervention du président Kaboré, la vice-présidente de la Commission européenne, Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique sécuritaire, Federica Mogherini, a salué les efforts du Burkina Faso en matière de lutte contre le terrorisme, la bonne gouvernance et le soutien à la jeunesse. Toute chose, selon elle, qui peut contribuer à réguler la migration.

 

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé