Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

Photo: DCPM/MATDSI

POLITIQUE

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Administration Territoriale de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure, Simon Compaoré est arrivé à Bobo-Dioulasso ce vendredi 6 janvier 2017 aux environs de 6 heures 30 minutes. A Bobo, il va tenter de calmer les chasseurs Dozos qui menacent d’en découdre avec les groupes d’autodéfense Koglwéogos.


D’après L’Observateur Paalga, des régiments entiers de Dozos ont convergé vers Makognandougou, pour en découdre avec les Koglwéogos dont ils ne veulent pas entendre parler. Le chef de canton aurait lui-même porté sa tenue de guerre, et «psalmodié des versets du Coran pour manifester son soutien spirituel et inconditionnel  dans leur noble mission de restaurer l’autorité des chefs traditionnels dans toute la région.»

La direction de la communication du ministère en charge de la Sécurité avance pour sa part que, dès son arrivée, le Ministre d’Etat a rendu une visite de courtoisie au Chef Suprême des Bobo Mandarè pour lui décliner l'objet de sa présence et demander ses bénédictions.

«Tout d'abord nous voulons remercier le chef qui a bien voulu nous recevoir. Nous sommes venus sur autorisation du Président du Faso pour rencontrer les Dozos de la localité à cause du problème qui existe entre eux et les Koglwéogos. Mais nous ne pouvons pas rencontrer les Dozos sans rendre la politesse au chef des Bobo», a déclaré Simon Compaoré.

A l'issue de cette visite au chef, le Ministre d’Etat et sa délégation vont rencontrer les Dozos. «Nous allons écouter leurs préoccupations et leur donner notre vision. Nous pensons qu'à la fin de notre séjour tout le monde saura la position de l'Etat. Nous irons aussi sur le terrain à Makognandougou où est né le problème d'implantation des Koglwéogos pour livrer aux populations le message et la position du Gouvernement», a ajouté le Ministre, qui va échanger aussi avec les Forces de défense et de sécurité.

«L'ordre et la quiétude seront rétablis à Makognandougou. Nous avons les moyens pour le faire. Vous aurez des nouvelles», a rassuré le Ministre d’Etat.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir