Aujourd'hui,
URGENT
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés

POLITIQUE

L’opposition politique burkinabè a tenu son point de presse hebdomadaire ce mardi 16 octobre 2018 à son siège. A l’ordre du jour, la crise à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), la plate-forme d’enrôlement des électeurs et « les marches-meetings organisées par le MPP ».

La crise interne qui oppose le président de la Ceni, Newton Ahmed Barry et les cinq commissaires de l’opposition a refait surface lors des échanges. Les conférenciers, de prime à bord, se gardant d’entrée dans le fond des débats, ont  affirmé  que les commissaires de l’opposition étaient les mieux placés pour en parler avec moult détails. «Cependant, les faits tels que décrits dans le mémorandum de nos commissaires indiquent que le président de la Ceni gère seul l’institution et prend des décisions qui outrepassent ses prérogatives» a indiqué le président de la Nafa, Mamadou Dicko. 

Pour l’opposition politique, ce sont « les graves positions » défendues par M. Barry au sujet de la plate-forme d’enrôlement et des documents de votes qui inquiètent le plus. Par ailleurs, elle regrette que celui-ci fasse de la plateforme une affaire d’honneur personnel. 

De la plateforme d’enrôlement, les conférenciers se posent la question de savoir quel est le problème avec les anciennes dispositions pour que le président de la Ceni veuille les changer. Ils crient de ce fait à une possibilité de fraude au niveau de  l’Office national d’identification (Oni).  «Qui manipule le fichier électoral, manipule l’élection et peut tripatouiller les résultats.  Par exemple, si une localité enregistre 200 000  individus qui ont fait établir leur Cnib, l’Oni peut décider pour une raison ou pour une autre de  transférer à la Ceni  que des données de 10 000 personnes. La Ceni n’a aucun moyen de contrôle et ne peut qu’enrôler ces 10 000» a expliqué le président de la Nafa.

Et Amadou Diemdioda Dicko, 4ème vice-président de l’UPC d’ajouter que, «l’arrimage entre la Ceni et l’Oni pose un problème». «Qui peut vérifier leurs informations ? Personne», s’interroge-t-il. De ce fait, toute l’opposition soutient ses cinq commissaires dans leur lutte pour un processus électoral crédible et impartiale. 

Suite à la marche-meeting des forces vives sous l’égide de l’opposition politique et à l’appel qui a  été lancé à cette occasion de soutenir les FDS, une quête de  plus d’un million de F Cfa a déjà été collectée auprès des députés de l’opposition, selon les conférenciers et elle continue. Ils ont saisi l’occasion pour dénoncer le soutien aux autorités en place qui est ressorti  lors des marches organisées par « le MPP ». «Cela voudrait dire que les manifestants appellent au maintien des ministres incompétents en charge de la Sécurité et de la Défense dont le limogeage a été réclamé lors de la marche meeting des forces vives de la nation le 29 septembre dernier» regrette Mamadou Dicko, président de la Nafa tout en félicitant leur collecte de 5 millions à Bobo-Dioulasso pour l’effort de guerre. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé