Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

Photo: Oméga Fm

POLITIQUE

15 octobre 1987-15octobre 2018, cela fait 31 ans que le président Thomas Noel Isidore Sankara et ses douze compagnons ont été «assassinés». La commémoration de ce  31ème anniversaire a été marquée par la pose de la  première pierre de la construction du mémorial Thomas Sankara. Cette cérémonie symbolique s’est déroulée ce lundi 15 octobre 2018 au sein du Conseil de l’entente, lieu où le «père de la révolution» a été «assassiné».

L’occasion a été donnée à la famille, aux membres du gouvernement, aux amis et proches du président Thomas Sankara de remémorer le «sacrifice ultime» que le  président du Conseil national de la révolution a accepté d’assumer avec «lucidité, courage et dignité». «Cette cérémonie symbolique de la pose de la première pierre sur laquelle doit reposer la statue géante de Thomas Sankara et les bustes de ses douze compagnons est la matérialisation complète du réveil du phénix pour que tous ses héritiers de par le monde, aient un lieu de rencontre, d’inspiration, de ressourcement de l’idéal du président Thomas Sankara afin de continuer à oser inventer la lumière» a déclaré le colonel Bernard Sanou, président du comité international mémorial Thomas Sankara.  Selon lui, l’avènement  de  cet espace constituera un environnement assaini et de créativité ouvert à tous les hommes épris de paix, de fraternité et d’amour. 

De la statue qui sera érigée, l’artiste-sculpteur, Jean Luc Bambara a précisé que la construction s’effectuera en deux phases. «Elle sera géante de 5mètres  de long,  en bronze et  réalisée  à partir de la technique de la cire perdue, c’est la phase 1. En deuxième phase, la statue sera montée sur un socle en béton d’une hauteur de 3 mètres proportionnellement calculée pour qu’elle soit intégrée dans le plan final du mémorial. Ce sera un socle en forme pyramidale à 4 faces et sur chaque face sera disposée  des bustes en haut relief les visages incrustés des compagnons de Thomas Sankara» a-t-il expliqué. 

Parrain de cette commémoration, le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme,  Abdoul Karim Sango a salué la mémoire du président «assassiné». «Il fut un grand panafricaniste qui a sacrifié sa vie pour l’homme noir et le continent africain. Je profite de cet instant pour saluer l’engagement de tous les patriotes qui œuvrent sans relâche partout dans le monde à perpétuer l’idéal pour lequel le président Thomas Sankara s’est battu. L’activité de ce matin est la preuve qu’il n’est pas mort» a laissé entendre le ministre Sango.

Le dernier acte de cette activité pleine en émotions a été marqué par la présentation du livre «Thomas Sankara, les témoignages en toute vérité» du journaliste Charles Kiendrébéogo. Ce premier ouvrage de l’auteur est la résultante de ses grands entretiens sur les ondes de Radio Burkina. Il s’agit pour l’auteur de laisser à la postérité des témoignages des acteurs directs de la révolution burkinabè. «Ce livre vient combler un grand vide» a conclu l’auteur. 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé