Aujourd'hui,
URGENT
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   
Niger: 6 Français et 2 Nigériens tuées dimanche par des hommes armés dans la zone de Kouré (sud-ouest du Niger). 
Tapoa: 5 personnes enlevées samedi sur l'axe Fada-Kantchari par des hommes armés ont été retrouvées saines et sauves dimanche. 
Bobo Dioulasso: 850 élèves de l’Enam en formation militaire au Groupement d’instruction des forces armées.
Fada: l’explosion d’un pneu provoque une débandade au marché de bétail. 
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 

Photo: Oméga Fm

POLITIQUE

15 octobre 1987-15octobre 2018, cela fait 31 ans que le président Thomas Noel Isidore Sankara et ses douze compagnons ont été «assassinés». La commémoration de ce  31ème anniversaire a été marquée par la pose de la  première pierre de la construction du mémorial Thomas Sankara. Cette cérémonie symbolique s’est déroulée ce lundi 15 octobre 2018 au sein du Conseil de l’entente, lieu où le «père de la révolution» a été «assassiné».

L’occasion a été donnée à la famille, aux membres du gouvernement, aux amis et proches du président Thomas Sankara de remémorer le «sacrifice ultime» que le  président du Conseil national de la révolution a accepté d’assumer avec «lucidité, courage et dignité». «Cette cérémonie symbolique de la pose de la première pierre sur laquelle doit reposer la statue géante de Thomas Sankara et les bustes de ses douze compagnons est la matérialisation complète du réveil du phénix pour que tous ses héritiers de par le monde, aient un lieu de rencontre, d’inspiration, de ressourcement de l’idéal du président Thomas Sankara afin de continuer à oser inventer la lumière» a déclaré le colonel Bernard Sanou, président du comité international mémorial Thomas Sankara.  Selon lui, l’avènement  de  cet espace constituera un environnement assaini et de créativité ouvert à tous les hommes épris de paix, de fraternité et d’amour. 

De la statue qui sera érigée, l’artiste-sculpteur, Jean Luc Bambara a précisé que la construction s’effectuera en deux phases. «Elle sera géante de 5mètres  de long,  en bronze et  réalisée  à partir de la technique de la cire perdue, c’est la phase 1. En deuxième phase, la statue sera montée sur un socle en béton d’une hauteur de 3 mètres proportionnellement calculée pour qu’elle soit intégrée dans le plan final du mémorial. Ce sera un socle en forme pyramidale à 4 faces et sur chaque face sera disposée  des bustes en haut relief les visages incrustés des compagnons de Thomas Sankara» a-t-il expliqué. 

Parrain de cette commémoration, le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme,  Abdoul Karim Sango a salué la mémoire du président «assassiné». «Il fut un grand panafricaniste qui a sacrifié sa vie pour l’homme noir et le continent africain. Je profite de cet instant pour saluer l’engagement de tous les patriotes qui œuvrent sans relâche partout dans le monde à perpétuer l’idéal pour lequel le président Thomas Sankara s’est battu. L’activité de ce matin est la preuve qu’il n’est pas mort» a laissé entendre le ministre Sango.

Le dernier acte de cette activité pleine en émotions a été marqué par la présentation du livre «Thomas Sankara, les témoignages en toute vérité» du journaliste Charles Kiendrébéogo. Ce premier ouvrage de l’auteur est la résultante de ses grands entretiens sur les ondes de Radio Burkina. Il s’agit pour l’auteur de laisser à la postérité des témoignages des acteurs directs de la révolution burkinabè. «Ce livre vient combler un grand vide» a conclu l’auteur. 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir