Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays

Image d'illustration

POLITIQUE

Le mardi 9 octobre dernier, le «Parti du lion» a reçu le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Newton Ahmed Barry et les échanges ont porté sur la situation qui prévaut au sein de l'Institution. Au sortir de cette rencontre de plus de trois heures, Adama Sosso, deuxième vice-président de l’UPC avait indiqué : «Aujourd’hui, l’UPC n’a pas d’objections à accompagner la Ceni.»   Mais contre toute attente, M. Sosso à travers une conférence de presse tenu ce jeudi 11 octobre 2018 à son siège, est revenu sur sa position et a surtout tenu à «lever toute équivoque» liée à cette visite du président de la Ceni.

A travers cette conférence de presse, les responsables de l’UPC ont affirmé que, «Newton Ahmed Barry reste un danger pour la démocratie jusqu’au lendemain des élections». «En réalité, nous avons longuement débattu du fichier électoral et nous lui avons dit quelles étaient nos motivations réelles qui nous conduits à déclarer qu’il est un danger pour la démocratie. Il ne revient pas à la Ceni de proposer une plateforme au nom de la neutralité du responsable», réaffirme Moussa Zerbo, l’un des conférenciers du jour.

Au cours des échanges avec Newton Ahmed Barry, les conférenciers disent avoir déploré certaines prises de position du président de la Ceni sur des questions qui ne sont pas toujours discutées à l’interne avec ses collègues commissaires. Ce qui, aux dires de M. Sosso, a d’ailleurs motivé la rédaction d’un mémorandum par les commissaires de l’opposition. «Le climat qui règne au sein de la Ceni n’est évidemment pas de nature à rassurer les parties prenantes au processus électoral. La plate-forme, selon M. Barry n’est qu’une proposition et un projet qui sera finalisé dans sa conception le 30 octobre 2018. Il nous a informés  qu’après cette date, le projet sera expérimenté pendant deux semaines dans la région de l’Est» a souligné Adama Sosso.

Et, les réponses reçues suite aux réserves émises par l’UPC n’ont pas rassuré le parti, selon ses  responsables. De ce fait, ils rejettent la plate-forme d’enrôlement proposée par le président de la Ceni et le code électoral. Par ailleurs, ils disent affirmer leur soutien aux commissaires de l’opposition à la Ceni afin qu’ils garantissent la transparence des futures échéances électorales. Par la même occasion, l’UPC invite l’ensemble des citoyens à combattre le «recul démocratique».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé