Aujourd'hui,
URGENT
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés

POLITIQUE

Une délégation du Chef de file de l’opposition politique a échangé ce vendredi 21 septembre 2018 avec l’Unité d’action syndicale (UAS). Les échanges qui se sont déroulés à la Bourse du Travail de Ouagadougou, ont permis aux deux regroupements de passer en revue les questions relevant de la situation nationale.

Situant le contexte de cette rencontre, le chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré a indiqué que c’était tout simplement une visite de courtoisie surtout que la première rencontre entre syndicats et oppositions date de plus d’une année. Pour M. Diabré, cette visite a été l’occasion pour sa délégation de renouer le contact avec les syndicats et surtout d’apprécier leur rôle et leur partition dans le développement du Burkina.

« Notre visite aujourd’hui survient aujourd’hui dans un contexte particulier où notre pays rencontre un certain nombre de problème. C’était donc l’occasion d’échanger avec nos partenaires syndicaux et aussi d’avoir leur appréciation sur ces différentes questions touchant la vie de la nation (…) Nous avons eu un échange très enrichissant qui nous a permis d’apprendre beaucoup et surtout de voir que sur un certain nombre de points, il y a une sorte de convergence de points de vue. Ce qui peut augurer des réflexions et des démarches communes pour défendre des causes qui peuvent être portées à la fois par les syndicats et par les partis politiques, chacun restant bien entendu dans le rôle qui est le sien… » a expliqué Zéphirin Diabré.

Faisant d’une « pierre-deux coups », le chef de file de l’opposition a laissé entendre que sa délégation a informé les syndicats de la tenue le samedi 29 septembre prochain de leur marche-meeting de protestation. Pour lui, il sera très heureux si les militants des organisations syndicales participent à cette marche. Leur participation, à l’en croire, va amplifier « le cri d’alarme qui vise à sortir le gouvernement du président Roch Marc Christian Kaboré de sa torpeur ».

L’UAS pour sa part dit apprécier cette visite de l’opposition politique car le mouvement syndical et l’opposition « partagent le même combat » par rapport à la situation nationale. Inoussa Nana, président du mois de l’UAS a indiqué qu’en dehors des questions relevant de la situation nationale, l’opposition leur de la tenue d’une ma fait part d’une marche de protestation qu’elle organisait. Pour lui, l’UAS étant constitué de plusieurs centrales syndicales et autonomes ne peut pas dire séance tenante si elle approuvait cette idée. «  Par rapport à des questions de ce genre, nous nous concertons d’abord avant de prendre la position qu’il se doit. A ce titre, nous allons nous concerter et dégager notre position que nous allons communiquer à l’opposition politique » a fait savoir M. Nana.

En rappel, avant cette rencontre, l’opposition avait rencontré le mouvement syndical en avril 2016.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé