Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

POLITIQUE

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a échangé ce jeudi 20 septembre 2018 avec l’opposition politique sur la situation sécuritaire. La veille, le mercredi 19 septembre, il recevait l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP). L’objectif de ces différentes rencontres est d’échanger à bâton rompu avec ces différents regroupements sur la situation nationale et surtout sur les questions sécuritaires.

 Tour à tour, le chef du gouvernement a rassuré ses différents interlocuteurs des mesures prises par l’Etat pour venir à bout de ces différentes attaques terroristes qui depuis 2015 a fait 118 tués.  Tout en appelant à l’union sacrée des Burkinabè, il a surtout demandé aux populations à ne pas céder à la panique.

« C’est vrai que la situation est difficile mais il faut garder confiance car nous sommes un peuple attaché viscéralement à la liberté, à la démocratie. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir au niveau du gouvernement pour défendre l’intégrité territoriale, pour défendre la démocratie pour que le Burkina Faso vive toujours dans la paix dans la liberté et dans la fraternité », a-t-il indiqué.

Au cours de ces rencontres, le chef du gouvernement a partagé les informations qu’il avait sur l’actuel situation sécuritaire et en retour a reçu des solutions et des idées de ces interlocuteurs pour mieux relever le défi.  « Nous allons rassurer nos militants que le gouvernement  est à pied d’œuvre pour sécuriser le pays » a laissé entendre, Me Bénéwendé Sankara, porte parole de la majorité présidentielle.

Avec l’opposition ce jeudi 20 septembre 2018, le même rituel a été respecté. A leur sortie, la délégation de l’opposition a fait savoir que ses propositions se résumaient en trois points : la patrie, l’unité et la solidarité.

« Nous pensons que nous avons une même patrie et cela nous oblige à avoir une même unité d’action. Cela nous oblige aussi à être solidaires. Nous avons également dit qu’on doit travailler à apporter des réponses aux préoccupations, appuyer les forces de défense et de sécurité et surtout améliorer la communication de telle sorte que cette communication permette à tous les Burkinabè de se sentir impliquer dans la lutte. Nous devons éviter toute communication qui aurait tendance à diviser les Burkinabè » a dit Me Gilbert Ouédraogo, porte parole de l’opposition.

Cette rencontre avec la classe politique se tient dans le cadre de la série de concertations entreprise par le Premier ministre avec les forces vives de la Nation sur la situation nationale. Dans cette optique, il avait rencontré les leaders coutumiers et religieux.

Source: Premier ministère/RTB

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé