Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

POLITIQUE

En attendant le point sur les différentes attaques terroristes perpétrées contre le Burkina Faso, le ministre Simon Compaoré fait le bilan de ses 12 mois de gestion à la tête du département de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure. Face aux journalistes et en présence de ses collaborateurs ce mercredi 4 janvier 2017, le MATDSI a fait le point des acquis, des difficultés rencontrées et des défis à relever en 2017.


Conformément à la lettre de mission du chef de l’Etat, le MATDSI avait pour tâche en 2016, d’ « assurer la mise en œuvre et le suivi de la politique du gouvernement en matière d’administration du territoire, de la décentralisation et de la sécurité intérieure y compris la protection civile ».

Dans l’ensemble, le ministre Simon Compaoré se félicite de la tâche accomplie par tous les acteurs du département ministériel qu’il dirige. Selon le ministre, le taux d’exécution de la lettre de mission du chef de l’Etat est estimé à 68%. Et ceci « dans un contexte marqué d’une part, par une sortie de transition politique où les attentes des populations vis-à-vis de l’Etat sont fortes et d’autre part, par une situation économique et budgétaire difficile et des institutions fragiles ».

Au plan sécuritaire, le ministre Compaoré a rassuré que « l’Etat jouera son rôle en matière de sécurité cette année et que, 2017, c’est vaincre ou périr ». En ce qui concerne les différentes attaques terroristes dont a été victime le Burkina Faso, M. Compaoré entend faire un bilan complet à la presse en début de semaine prochaine. Au regard du bilan 2016 et des difficultés rencontrées, les perspectives dégagées par Simon Compaoré et ses collaborateurs sont, entre autres, l’élaboration d’une charte de la déconcentration, le renforcement des moyens d’actions par des dotations spécifiques pour les forces de défense et de sécurité dans les zones frontalières, l’accroissement du nombre de services de défense et de sécurité dans les zones frontalières, l’organisation des élections municipales et communales dans les localités où elles n’ont pu avoir lieu le 22 mai dernier etc.

Dans le domaine de l’administration du territoire. Simon Compaoré a rappelé aux communes qui ont des difficultés à fonctionner qu’il sera mis simplement en lieu et place des délégations spéciales. Il s’agit des communes rurales de Dandé, Kindi, Andemtenga, Seytenga, Zoaga, Ziga, Dablo, Saponé, conseil régional du sahel.

En matière de décentralisation, il s’agira de l’accélération du transfert des compétences et des ressources de l’Etat vers les collectivités territoriales, la tenue des assises nationales de la coopération décentralisée etc. Au plan sécuritaire et de la protection civile, le MATDSI envisage l’organisation d’un forum national sur la sécurité intérieure, l’élaboration d’une stratégie de lutte contre le terrorisme, l’élaboration d’un plan d’actions dans le cadre de la mise en œuvre de la police de proximité, la soumission d’un avant-projet de loi portant institution d’une carte biométrique Cedeao au Burkina, la révision de la stratégie nationale de sécurité intérieure etc.

Abel Azonhandé  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé