Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

En attendant le point sur les différentes attaques terroristes perpétrées contre le Burkina Faso, le ministre Simon Compaoré fait le bilan de ses 12 mois de gestion à la tête du département de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure. Face aux journalistes et en présence de ses collaborateurs ce mercredi 4 janvier 2017, le MATDSI a fait le point des acquis, des difficultés rencontrées et des défis à relever en 2017.


Conformément à la lettre de mission du chef de l’Etat, le MATDSI avait pour tâche en 2016, d’ « assurer la mise en œuvre et le suivi de la politique du gouvernement en matière d’administration du territoire, de la décentralisation et de la sécurité intérieure y compris la protection civile ».

Dans l’ensemble, le ministre Simon Compaoré se félicite de la tâche accomplie par tous les acteurs du département ministériel qu’il dirige. Selon le ministre, le taux d’exécution de la lettre de mission du chef de l’Etat est estimé à 68%. Et ceci « dans un contexte marqué d’une part, par une sortie de transition politique où les attentes des populations vis-à-vis de l’Etat sont fortes et d’autre part, par une situation économique et budgétaire difficile et des institutions fragiles ».

Au plan sécuritaire, le ministre Compaoré a rassuré que « l’Etat jouera son rôle en matière de sécurité cette année et que, 2017, c’est vaincre ou périr ». En ce qui concerne les différentes attaques terroristes dont a été victime le Burkina Faso, M. Compaoré entend faire un bilan complet à la presse en début de semaine prochaine. Au regard du bilan 2016 et des difficultés rencontrées, les perspectives dégagées par Simon Compaoré et ses collaborateurs sont, entre autres, l’élaboration d’une charte de la déconcentration, le renforcement des moyens d’actions par des dotations spécifiques pour les forces de défense et de sécurité dans les zones frontalières, l’accroissement du nombre de services de défense et de sécurité dans les zones frontalières, l’organisation des élections municipales et communales dans les localités où elles n’ont pu avoir lieu le 22 mai dernier etc.

Dans le domaine de l’administration du territoire. Simon Compaoré a rappelé aux communes qui ont des difficultés à fonctionner qu’il sera mis simplement en lieu et place des délégations spéciales. Il s’agit des communes rurales de Dandé, Kindi, Andemtenga, Seytenga, Zoaga, Ziga, Dablo, Saponé, conseil régional du sahel.

En matière de décentralisation, il s’agira de l’accélération du transfert des compétences et des ressources de l’Etat vers les collectivités territoriales, la tenue des assises nationales de la coopération décentralisée etc. Au plan sécuritaire et de la protection civile, le MATDSI envisage l’organisation d’un forum national sur la sécurité intérieure, l’élaboration d’une stratégie de lutte contre le terrorisme, l’élaboration d’un plan d’actions dans le cadre de la mise en œuvre de la police de proximité, la soumission d’un avant-projet de loi portant institution d’une carte biométrique Cedeao au Burkina, la révision de la stratégie nationale de sécurité intérieure etc.

Abel Azonhandé  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé