Aujourd'hui,
URGENT
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire

Image d'illustration

POLITIQUE

L’opposition politique burkinabè, rassemblée autour de son chef de file, a annoncé, à travers une déclaration solennelle ce mardi 4 septembre 2018 en son siège, une journée nationale de protestation par une marche-meeting le samedi 29 septembre 2018.

Devant un parterre de journalistes, le chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré a dénoncé en une dizaine de points les maux qui minent le pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré. De la sécurité en passant par les conditions de vie et de travail des jeunes et femmes, la corruption, le népotisme, la justice, la démocratie, l’économie entre autres, l’opposition politique a exprimé sa déception face à «l’inaction du gouvernement du MPP» dont sa seule préoccupation, selon M. Diabré, «c’est de se constituer en trésor de guerre pour les prochaines campagnes électorales».

«Aujourd’hui, le constat est amer», lance M. Diabré. C’est pourquoi, l’opposition politique convie l’ensemble des Burkinabè à une journée nationale de protestation à travers une marche-meeting le samedi 29 septembre 2018 contre la gouvernance de la majorité présidentielle. La marche partira  de la place de la Révolution à 8 heures et sera suivie d’un meeting en ces mêmes lieux.

«Si l’Opposition a temporisé à ce jour, c’est parce qu’elle voulait laisser la chance à nos autorités de corriger le tir et de prendre la bonne direction. Aujourd’hui, le constat est amer : Ce Pouvoir n’écoute les conseils de personne. Il n’a pas conscience de la situation du pays.Il faut donc l’interpeller vigoureusement» a expliqué M. Diabré.

En rappel, c’était un 29 juin 2013 que l’opposition politique avait organisé une marche contre la mise en place du Senat, le 28 octobre 2014 contre la révision de la Constitution. Comme quoi, les datent des 28 et 29 sont «dangereuses pour un pouvoir en place». 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir