Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

POLITIQUE

La journée du dimanche 2 septembre 2018 a été très active pour le président Roch Marc Christian Kaboré et sa délégation qui séjournent en ce moment en Chine. Elle a débouché sur la signature de deux accords.

Le ministre en charge des Infrastructures, Eric Bougouma et son collègue en charge de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo se sont rendus à China Harbourg Enginneering Company LTD (CHEC) pour faire «plus ample connaissance» avec l’entreprise et signer un document qui consacre «l’état d’avancement exceptionnel» du projet de l’autoroute Bobo-Ouaga dans son tronçon Ouagadougou-Koudougou, longue de 110 kilomètres. 

«L’offre financière a été examinée par les deux parties engagées à accélérer la finalisation des discussions financières afin de permettre le respect des délais déjà proposés par les deux parties. Ce planning prévoit le démarrage des travaux en 2019», a confié Eric Bougouma après la séance de signature. 

D’après M. Bougouma, les autorités chinoises soutiennent pleinement les différents projets entre entreprises chinoises et le Burkina Faso. Les études de rentabilité économique ont aussi été faites, dit-il, en précisant que ce sera une autoroute à péage qui va accélérer les échanges commerciaux entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. 

Le futur chantier sera le projet routier le plus important du pays et ce sera l’occasion pour le Burkina d’aller à l’école chinoise pour ce type de chantier. Lors du recrutement, l’accent sera mis sur le recrutement de Burkinabè, et sur la collaboration avec des entreprises burkinabè, promet Eric Bougouma. 

«Nous avons beaucoup d’expérience en Afrique de l’Ouest», insiste pour sa part le vice-président de CHEC, insistant sur le fait que la société emploie beaucoup de main-d’œuvre et de matériaux locaux dans les zones où elle intervient.

CHEC propose également d’investir dans le domaine des énergies renouvelables au Burkina à travers un mécanisme de BOT. «Nous venons de signer avec eux pour la finalisation des études de faisabilité. A partir de là, nous aurons une idée sur le coût du projet et le prix du kilowatt/heure. C’est un mécanisme innovant, insiste M. Ouédraogo, «dans le cas où nous aurons une entreprise qui nous accompagne dans un secteur aussi important comme l’énergie. C’est une très grande opportunité pour nous. Nous espérons que cela pourra se concrétiser dans les mois à venir.»

Et de préciser que «le mécanisme du BOT et un mécanise dans lequel l’investisseur vient avec ses moyens, investit et nous revend l’énergie. Le mécanisme d’endettement est éliminé à ce niveau-là, ce qui permet au gouvernement d’avoir une capacité supérieure sans s’endetter. Ce sont des mécanismes de ce genre qu’il faut accompagner dans tous les secteurs du Burkina Faso. Nous sommes assez prudents, nous faisons tout pour ne pas en rajouter. C’est pour cela que nous apportons beaucoup d’espoir dans ce que nous venons de signer avec CHEC»

Le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, s’est lui rendu au siège de Huawei Technologies pour voir de plus près le savoir-faire technologique de la Chine. Et si les fruits tiennent la promesse des fleurs,  Ouagadougou et Bobo-Dioulasso devraient être prochainement dotés de centres intégrés de contrôle et de surveillance vidéo de pointe en attendant la couverture d'autres villes et des frontières.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé