Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

POLITIQUE

Dans cette déclaration, le mouvement Citoyen africain pour la renaissance (CAR) appelle les autorités burkinabè à prendre en compte les aspirations du peuple et à mettre tout en œuvre pour élucider les causes de l’arrestation de Safiatou Lopez/Zongo.


Depuis ce mercredi 29 août 2018, nous avons appris l’arrestation et la perquisition du domicile de Safiatou Lopez/Zongo, présidente du Cadre de concertation de la société civile au Burkina. En ces moments difficiles ou le Burkina connait une situation sécuritaire assez critique, nous ne saurons passer sous silence de tels actes qui fragilise notre démocratie. L'arrestation de Safiatou Lopez / Zongo, leader d'opinion et militante de la société civile à son domicile par un détachement musclé de l’unité anti-terroriste de la gendarmerie nationale ce mercredi 29 août 2018 à son domicile à Ouaga 2000 interpelle plus d’un sur la situation délétère que vit notre pays.

Le mode opératoire de l'arrestation de dame Lopez  n’à point été respectueux des règles de procédures judiciaires dans l'État de droit vu la pénétration dans le domicile en défonçant porte et fenêtre malgré l’inexistence d’aucun mandat. Cela interpelle plus d’un et nous, mouvement ayant pour leitmotive la promotion des droits humains, ne saurons cautionner un tel acte qui remet en cause la liberté d’expression dans un Etat démocratique, l'État de droit et les droits de l'Homme. Il apparaît dès lors l'impérieuse nécessité de défendre la démocratie et les libertés individuelles notamment la liberté d'opinion garantie par la constitution et qui se trouve sérieusement menacée désormais au Burkina au moyen de l'instrumentation de l'appareil judiciaire et de la sécurité d’Etat.

Quelque soient les motifs de l'arrestation de Safiatou Lopez, le mouvement le CAR estime que les lois fondamentaux de notre République doivent être respectés. C’est le lieu pour nous d’interpeller nos autorités à prendre en compte les aspirations du peuple et de mettre tout en œuvre pour élucider cette énième affaire dans notre arsenal juridique.
                                              

  Fait à Ouagadougou le 30/08/2018                                           

   Pour le Bureau Exécutif
          Président
       Hervé OUATTARA

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé