Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

Safiatou Lopez/Zongo a été interpellée le mercredi 29 août 2018 par une unité de la gendarmerie nationale à son domicile sis à Ouaga 2000. Inculpée pour  «un projet de déstabilisation de l'actuel régime» selon des sources non officielles, le second domicile de Safiatou Lopez sis au quartier Bonheur ville a été perquisitionné dans la journée de ce jeudi 30 août 2018. En attendant d’élucider les raisons de cette arrestation, certains responsables de la société civile, notamment, Marcel Tankoano, président du mouvement M21 et Abraham Badolo, membre du collectif pour la liberté de Safiatou Lopez/Zongo, ont animé une conférence de presse ce jeudi 30 août pour cette arrestation qu’ils qualifient d’arbitraire.

Pour les conférenciers du jour, rien ne saurait justifier un tel acte même si l’intéressée a des propos discourtois. «De là à dire que Safiatou Lopez est de connivence avec des militaires pour aller à une déstabilisation, nous ne croyons pas. C’est un montage grossier. Mais dans tous les cas, nous attendons de voir la suite», a laissé entendre Marcel Tankoano. Selon Marcel Tankoano, l’arsenal déployé par la gendarmerie nationale à cette occasion n’en valait pas la peine.

Pour Abraham Badolo, le fait de forcer le domicile de Safiatou Lopez pour une perquisition n’est qu’une action politique. «On ne peut pas traiter une personne qui s’est battue pour les droits démocratiques du Burkina comme une terroriste. J’interpelle les autorités au plus haut niveau à prendre leurs responsabilités parce que nous allons rester mobiliser jusqu’à ce qu’on nous dise ce qu’il en ait», a martelé Abraham Badolo. Pour les conférenciers, la notification de charges est plus qu’importante.

En rappel, Safiatou Lopez/Zongo, très critique envers le pourvoir du MPP est actuellement présidente d’honneur du Cadre national de concertation des organisations de la société civile.
 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé