Aujourd'hui,
URGENT
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin
Ghana: Kofi Annan repose désormais au cimetière militaire d’Accra
Karangasso-Vigué: trois morts et une dizaine de blessés après des affrontements entre Dozo et Koglweogo (RTB)

POLITIQUE

Safiatou Lopez/Zongo a été interpellée le mercredi 29 août 2018 par une unité de la gendarmerie nationale à son domicile sis à Ouaga 2000. Inculpée pour  «un projet de déstabilisation de l'actuel régime» selon des sources non officielles, le second domicile de Safiatou Lopez sis au quartier Bonheur ville a été perquisitionné dans la journée de ce jeudi 30 août 2018. En attendant d’élucider les raisons de cette arrestation, certains responsables de la société civile, notamment, Marcel Tankoano, président du mouvement M21 et Abraham Badolo, membre du collectif pour la liberté de Safiatou Lopez/Zongo, ont animé une conférence de presse ce jeudi 30 août pour cette arrestation qu’ils qualifient d’arbitraire.

Pour les conférenciers du jour, rien ne saurait justifier un tel acte même si l’intéressée a des propos discourtois. «De là à dire que Safiatou Lopez est de connivence avec des militaires pour aller à une déstabilisation, nous ne croyons pas. C’est un montage grossier. Mais dans tous les cas, nous attendons de voir la suite», a laissé entendre Marcel Tankoano. Selon Marcel Tankoano, l’arsenal déployé par la gendarmerie nationale à cette occasion n’en valait pas la peine.

Pour Abraham Badolo, le fait de forcer le domicile de Safiatou Lopez pour une perquisition n’est qu’une action politique. «On ne peut pas traiter une personne qui s’est battue pour les droits démocratiques du Burkina comme une terroriste. J’interpelle les autorités au plus haut niveau à prendre leurs responsabilités parce que nous allons rester mobiliser jusqu’à ce qu’on nous dise ce qu’il en ait», a martelé Abraham Badolo. Pour les conférenciers, la notification de charges est plus qu’importante.

En rappel, Safiatou Lopez/Zongo, très critique envers le pourvoir du MPP est actuellement présidente d’honneur du Cadre national de concertation des organisations de la société civile.
 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir