Aujourd'hui,
URGENT
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  

POLITIQUE

Safiatou Lopez/Zongo a été interpellée le mercredi 29 août 2018 par une unité de la gendarmerie nationale à son domicile sis à Ouaga 2000. Inculpée pour  «un projet de déstabilisation de l'actuel régime» selon des sources non officielles, le second domicile de Safiatou Lopez sis au quartier Bonheur ville a été perquisitionné dans la journée de ce jeudi 30 août 2018. En attendant d’élucider les raisons de cette arrestation, certains responsables de la société civile, notamment, Marcel Tankoano, président du mouvement M21 et Abraham Badolo, membre du collectif pour la liberté de Safiatou Lopez/Zongo, ont animé une conférence de presse ce jeudi 30 août pour cette arrestation qu’ils qualifient d’arbitraire.

Pour les conférenciers du jour, rien ne saurait justifier un tel acte même si l’intéressée a des propos discourtois. «De là à dire que Safiatou Lopez est de connivence avec des militaires pour aller à une déstabilisation, nous ne croyons pas. C’est un montage grossier. Mais dans tous les cas, nous attendons de voir la suite», a laissé entendre Marcel Tankoano. Selon Marcel Tankoano, l’arsenal déployé par la gendarmerie nationale à cette occasion n’en valait pas la peine.

Pour Abraham Badolo, le fait de forcer le domicile de Safiatou Lopez pour une perquisition n’est qu’une action politique. «On ne peut pas traiter une personne qui s’est battue pour les droits démocratiques du Burkina comme une terroriste. J’interpelle les autorités au plus haut niveau à prendre leurs responsabilités parce que nous allons rester mobiliser jusqu’à ce qu’on nous dise ce qu’il en ait», a martelé Abraham Badolo. Pour les conférenciers, la notification de charges est plus qu’importante.

En rappel, Safiatou Lopez/Zongo, très critique envers le pourvoir du MPP est actuellement présidente d’honneur du Cadre national de concertation des organisations de la société civile.
 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir