Aujourd'hui,
URGENT
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019

POLITIQUE

Safiatou Lopez/Zongo a été interpellée le mercredi 29 août 2018 par une unité de la gendarmerie nationale à son domicile sis à Ouaga 2000. Inculpée pour  «un projet de déstabilisation de l'actuel régime» selon des sources non officielles, le second domicile de Safiatou Lopez sis au quartier Bonheur ville a été perquisitionné dans la journée de ce jeudi 30 août 2018. En attendant d’élucider les raisons de cette arrestation, certains responsables de la société civile, notamment, Marcel Tankoano, président du mouvement M21 et Abraham Badolo, membre du collectif pour la liberté de Safiatou Lopez/Zongo, ont animé une conférence de presse ce jeudi 30 août pour cette arrestation qu’ils qualifient d’arbitraire.

Pour les conférenciers du jour, rien ne saurait justifier un tel acte même si l’intéressée a des propos discourtois. «De là à dire que Safiatou Lopez est de connivence avec des militaires pour aller à une déstabilisation, nous ne croyons pas. C’est un montage grossier. Mais dans tous les cas, nous attendons de voir la suite», a laissé entendre Marcel Tankoano. Selon Marcel Tankoano, l’arsenal déployé par la gendarmerie nationale à cette occasion n’en valait pas la peine.

Pour Abraham Badolo, le fait de forcer le domicile de Safiatou Lopez pour une perquisition n’est qu’une action politique. «On ne peut pas traiter une personne qui s’est battue pour les droits démocratiques du Burkina comme une terroriste. J’interpelle les autorités au plus haut niveau à prendre leurs responsabilités parce que nous allons rester mobiliser jusqu’à ce qu’on nous dise ce qu’il en ait», a martelé Abraham Badolo. Pour les conférenciers, la notification de charges est plus qu’importante.

En rappel, Safiatou Lopez/Zongo, très critique envers le pourvoir du MPP est actuellement présidente d’honneur du Cadre national de concertation des organisations de la société civile.
 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé