Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

Dans ce communiqué de presse, l’opposition politique donne sa lecture sur la double attaque de Pama qui a causé la mort de 7 militaires et blessé 6. Pour elle, l’armée nationale a suffisamment saigné et il est temps que le gouvernement pose « des actes concrets, qui démontrent leur volonté et leur capacité à bouter l’ennemi  hors de nos frontières ».

L’Opposition politique burkinabè a appris avec une grande consternation, qu’une attaque contre les forces de défense et de sécurité (FDS) sur l’axe Fada-Pama a fait le lundi 27 août 2018 sept morts et six blessés. 

L’Opposition présente ses vives condoléances aux familles éplorées, ainsi qu’à la grande famille des militaires et paramilitaires. Elle souhaite un prompt et total rétablissement aux blessés. 

Elle félicite nos FDS pour leur bravoure et leur sacrifice au service de la nation.

L’Opposition politique note avec tristesse que dans ce mois d’août, les attaques contre nos forces de défense et de sécurité se sont multipliées, endeuillant toute la nation. 

Les Burkinabè espéraient que le pouvoir du MPP, tirant les leçons des attaques terroristes enregistrées depuis son avènement,  avait suffisamment eu du temps pour dérouler une stratégie et déployer les moyens nécessaires permettant à nos braves soldats de contrer nos ennemis. Ils  découvrent avec effarement que, malheureusement, les choses s’empirent. Alors qu’au début  les attaques concernaient uniquement le nord, elles ont vite gagné l’est et se propagent maintenant sur tout le territoire.  

Que se passe-t-il ?   Le gouvernement s’est il endormi sur ses lauriers ? A-t-il baissé la garde ? Que nous vaut ce  regain de tension et l’étalage de ces  nouvelles stratégies meurtrières mises au point par les terroristes et dont nos enfants payent le lourd prix ?

Comme toujours, l’opposition politique ne manquera pas de répondre présent au  devoir d’union sacrée, que commande la situation. Mais le devoir d’unité nationale ne nous empêchera pas  de  poser les questions qui fâchent : le pouvoir du MPP est -il à la hauteur du combat que nous devons mener contre ces ennemis de la nation ? Met- il tout en œuvre pour cela ? A-t-il pris la pleine mesure de la situation sécuritaire du pays et est -il pleinement conscient de l’enjeu ? Donne-t-il les moyens adéquats  à nos FDS ? A-t-il bien  réorganisé nos services de renseignement ? S’occupe-t-il comme il se doit du moral de nos troupes ?

Les  Burkinabè se posent ces questions, et  sont gagnés par le doute, eux qui assistent impuissants aux mêmes scènes pénibles d’enterrement suivis de décoration à titre posthume de jeunes à peine sortis de l’adolescence, arrachés brutalement à l’affection de leurs familles par la barbarie terroriste.

Notre armée a suffisamment saigné, et nos populations ont suffisamment été endeuillées. Au-delà des condamnations verbales et des pleurnicheries  officielles, les Burkinabè attendent du   Président du Faso, Chef suprême des armées, et de son gouvernement, un véritable sursaut d’orgueil, et des actes concrets, qui démontrent leur volonté et leur capacité à bouter l’ennemi  hors de nos frontières. 

Les Burkinabè peuvent compter sur  l’Opposition politique, pour continuer d’interpeller vigoureusement le gouvernement sur cette question de la sécurité nationale, car  il  est plus qu’urgent d’arrêter l’hémorragie et la remise en cause de notre intégrité territoriale. 

 

Ouagadougou, le 28 août 2018

Le Chef de file de l’Opposition 

Zéphirin DIABRE

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé