Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

POLITIQUE

Dans cette déclaration, l’association le TOCSIN félicite toute la classe politique et l’ensemble des citoyens pour le grand intérêt porté à l’effectivité du vote des Burkinabè de l’extérieur. Devant certains positionnements et contenus de déclarations, le TOCSIN appel l’ensemble des Burkinabè à «savoir raison garder» dans le souci que les concertations et les consultations s’opèrent dans un langage de respect mutuel et de respectabilité des institutions.



Le TOCSIN se réjouit du vote du nouveau code électoral, ne serait-ce que parce que le vote des Burkinabè de l’extérieur a été une des revendications citoyennes dont il a été le pionner, mais surtout, du fait qu’après les tergiversations et la non effectivité de la loi votée depuis 2009. La concrétisation, pour la première fois, de ce droit de nos compatriotes de l’extérieur se fera en 2020. Une nouvelle victoire d’étape a été obtenue.

Le Président du Faso en a pris l’engagement public, l’a répété et soutenu à plusieurs reprises, son gouvernement et les institutions concernés ont également promis de prendre les mesures utiles pour que tous les citoyens burkinabè, de l’intérieur et de l’extérieur, accèdent à la possession effective des documents requis : la CNIB ou le passeport burkinabè.

Le TOCSIN félicite toute la classe politique et l’ensemble des citoyens pour le grand intérêt porté à l’effectivité du vote des Burkinabè de l’extérieur.
Néanmoins, devant certains positionnements et contenus de déclarations, dans le souci que les concertations et les consultations s’opèrent dans un langage de respect mutuel, de respectabilité de nos institutions, de notre pays et de nous tous, le TOCSIN énonce le suivant appel à « savoir raison garder » et à partager les préoccupations suivantes :
-savoir garder un langage de respect mutuel à l'endroit de tous les acteurs et partenaires de ce grand dialogue national, aussi bien au niveau individuel qu'à celui institutionnel ;
- d’avoir une haute idée de la portée de nos attitudes dans ce débat à propos du code électoral voté. Les lois d'un pays sont une image de lui, un code de conduite collective qu'il donne à ses citoyens et à ses institutions ;

- de savoir, précisément pour le cas ivoirien exhibé par certains acteurs, que personne ne peut imaginer tout le mal, voire le tombeau, qu'auront creusé certains propos à l'encontre de nos compatriotes vivant dans ce pays, avant, pendant et après la campagne "électorale" : qui viendra se plaindre de notre sort, nous-même qui aurons donné tout à nos ennemis cachés pour mieux nous assommer, nous et tous les nôtres?
- ce n'est pas tout. Ne serait-ce que penser à de telles conséquences possibles et imprévisibles, devrait nous inviter tous à savoir raison garder.  Le vote est une chose importante, un acte citoyen important, l'expression d'un droit citoyen indiscutable, mais posons-nous néanmoins la question banale suivante : pourquoi votons nous ? Pour en faire quoi?

N'est-ce pas pour un meilleur devenir individuel et collectif des citoyens de notre pays, en vue d’une gouvernance plus vertueuse et plus efficiente ?
Et si, par les actes que nous aurons posés durant la campagne, nous aidons à détruire ce même pays et ses ressortissants, à quoi aura servi ce vote? 

Pensons-y tous, ressaisissons-nous, pendant qu'il est encore temps, avant de verser tous les propos  malheureux et dangereux, car, comme le dit aussi l'adage populaire, la parole dite est de l'eau versée à terre, qui ne peut plus être ramassée.

Le TOCSIN, dans son credo de défense des droits humains et de promotion de la paix :
-    se démarque de toutes attitudes et actions de manipulation, de violence et d’extrémisme ;
-    lance un vibrant appel pour des débats sains et constructifs.
TOCSIN : Tous pour le Combat de la Solidarité et de l’Intégration !

Ouagadougou le 14 août 2018
Pour le Bureau Exécutif, le Président

        Arouna SAVADOGO
Commandeur de l’Ordre du Mérite

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé