Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Inculpé le 19 avril 2017 pour faux et usage de faux en écriture de commerce, d’abus de confiance, blanchiment de capitaux, fraudes fiscales, tromperie de consommateur, usage frauduleux de numéro IFU, l’opérateur économique Inoussa Kanazoé a bénéficié d’un non-lieu le 20 juillet 2018, soit 15 mois plus tard. Mais tout en saluant cette décision de justice, le Collectif pour un peuple uni (CPPU) estime que le préjudice que le cimentier burkinabè a subi est «incalculable» et réclame réparation. C’était au cours d’une conférence de presse ce mardi 31 juillet 2018 à Ouagadougou.


Le 21 avril 2017, le CPPU dénonçait aussi bien à Ouagadougou qu’à Bobo-Dioulasso, l’arrestation de Inoussa Kanazoé, PDG de CIMMETAL group. 15 mois plus tard, le cimentier Burkinabè, patron des usines CIMFASO, CIMASSO et CIMIVOIR, a bénéficier d’un non-lieu prononcé par la chambre d’instruction numéro 7 du Tribunal de grande instance de Ouagadougou. C’est fort de cet argument que le CPPU dit avoir eu raison de dénoncer ce qu’il qualifie de «traque des opérateurs économiques nationaux» en son temps.

«Il fallait être dupe pour ne pas savoir qu’il y avait une véritable cabale contre l’opérateur économique qui se distingue par sa discrétion, son hardiesse au travail et sa vision. La rupture avec son associé Moussa Kouanda a été le début des ennuis judiciaires du digne fils du Burkina, Inoussa Kanazoé. Aujourd’hui, on ne peut que se réjouir de la décision de justice qui nous donne finalement raison», se réjoui Aziz Ouattara, coordonnateur du CPPU. Toutefois, Aziz Ouattara appelle aussi à une meilleure éducation citoyenne. Car pour lui, beaucoup de personnes avaient vendu la peau de l’ours sans l’avoir tué.

Certes l’opérateur économique a été blanchi mais le CPPU estime que le préjudice subi est «incalculable» pour un homme de sa trempe. «Combien de milliards a-t-il perdu ? Pourtant à lui seul, il contribue énormément à l’économie du pays par les taxes et impôts qu’il paie, par les centaines de personnes qu’il emploie dans sa dizaine d’entreprises», fait remarquer M. Ouattara. Le collectif invite par ailleurs, le gouvernement à créer davantage les conditions d’un secteur privé dynamique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir