Aujourd'hui,
URGENT
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)
Etats-Unis: au moins douze morts dans une fusillade en Californie
Musique: le Rwandais Buravan, est le lauréat du Prix Découvertes RFI 2018
Burkina: augmentation de 75 FCFA du prix du carburant à partir du vendredi 9 novembre 2018 (conseil des ministres).
Pakistan: la chrétienne Asia Bibi poursuivie pour blasphème et acquittée il y a une semaine a été libérée (Officiel)
Ouagadougou:  l'échangeur du nord ouvert à la circulation le 15 novembre 2018
Burkina: près 700 000 femmes ont bénéficié de la gratuité de l’accouchement (président du Faso)
Cameroun:  Paul Biya  a prêté serment pour son 7e mandat
Ouagadougou: un accident fait 3 morts et 7 blessés graves (Lefaso.net)

POLITIQUE

La clôture du Sommet conjoint CEDEAO-CEEAC est intervenue cet après-midi. Parmi les décisions majeures prises par les chefs d’Etat, l’institutionnalisation du sommet qui se tiendra chaque deux ans, de façon alternative, dans l’une ou l’autre des régions, et l’engagement de renforcer la coopération afin de lutter efficacement contre toutes les formes d’insécurité

A l’issue de leur huis clos, les chefs d’Etat ont achevé les travaux du premier sommet conjoint CEDEAO-CEEAC consacré à la paix, la sécurité, la radicalisation et l’extrémisme violent, co-présidé par les Présidents Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République togolaise et Président en exercice de la CEDEAO, et Ali Bongo Ondimba, Président de la République gabonaise, et Président en exercice de la CEEAC

A travers le communiqué final lu à la clôture du sommet, les chefs d’Etat ont mis en exergue les importants acquis de la coopération déjà existante entre la CEDEAO et de la CEEAC, dans le domaine de la sécurité et de la sureté maritimes, en particulier dans le cadre du centre international de coordination. Afin de mieux faire face, ensemble, aux défis sécuritaires, les chefs d’Etat ont souligné la nécessité d’une coopération plus renforcée et effective entre les deux communautés. Dans cette perspective, les chefs d’Etat et de gouvernement ont décidé d’avoir une vision partagée des menaces et une approche commune des solutions à y apporter. 

Ainsi, ils ont adopté la Déclaration de Lomé sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent dans les espaces de la CEDEAO et de la CEEAC. Au titre de la promotion de la paix et de la stabilité, les chefs d’Etat s’engagent à coopérer pour prévenir les conflits, promouvoir la paix et la stabilité dans les deux régions.

Au titre de la sécurité, ils s’engagent à renforcer leur coopération afin de lutter efficacement contre toutes les formes d’insécurité.

Au titre de la prévention et de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, les chefs d’Etats condamnent avec la plus grande fermeté les attaques perpétrées par les groupes terroristes contre les populations civiles, les forces de défense et de sécurité et les forces régionales et internationales.

Ils s’engagent à renforcer mutuellement les capacités de leurs forces de défense et de sécurité dans le domaine de la formation du personnel, des exercices conjoints, du renseignement et du respect des règles des droits de l’Homme et du droit international humanitaire.

Les chefs d’Etat ont décidé de se réunir tous les deux ans, et de manière alternative, dans l’une ou l’autre des deux régions, pour faire le point de la mise en œuvre des engagements contenus dans la Déclaration adoptée lors du Sommet conjoint

Le Sommet conjoint lance un appel aux Etats membres, à l’Union africaine, aux Nations unies, aux partenaires bilatéraux et multilatéraux et à la Communauté internationale, à apporter leur soutien à la mise en œuvre des décisions ainsi adoptées.

Le prochain Sommet est prévu en 2020 au Tchad.

Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir