Aujourd'hui,
URGENT
Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes accueillies dans 257 communes (gouvernement). 
Burkina: au moins 25 terroristes neutralisés les 11 et 13 septembre 2020 dans le Soum et le Loroum (Etat-major des armées).
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 

POLITIQUE

Les Premières dames du groupe Afrique de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) se retrouveront à Ouagadougou les 1er et 2 août 2018 pour un séminaire de haut niveau sur la promotion de la sensibilisation à la lutte contre le cancer et les programmes du plaidoyer dans les Etats membres.


Le professeur Charlemagne Ouédraogo, gynécologue, spécialiste des questions de cancer féminin, a expliqué que, même si peu de pays disposent d'un registre populationnel de cancer, il y a environ 2 000 cas par an de cancer déclarés par les hôpitaux au Burkina Faso. «Et ce n’est que le sommet de l’iceberg. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’il y a 5 000 nouveaux cas de cancer qui apparaissent sur différents organes au Burkina Faso», révèle le spécialiste.

Le choix du Burkina pour abriter ce séminaire de haut niveau n’est pas fortuit, selon la Première dame, Sika Bella Kaboré.

Cette rencontre de haut niveau se veut donc un prolongement d’un engagement pris par les premières dames. En effet, en marge du 13e sommet de l’OCI en avril 2016 à Istanbul en Turquie, il s’est tenue une session spéciale sur le leadership des premières dames dans le domaine du contrôle du cancer dans les Etats membres de l’OCI.

Cette rencontre a été sanctionnée par une déclaration dite d’Istanbul, dans laquelle les premières dames se sont engagées à encourager et à participer activement à la promotion des programmes de sensibilisation au cancer dans leurs pays respectifs. Elles se sont également engagées à donner la priorité à la prévention et au contrôle du cancer dans les programmes de santé, aux niveaux national et international, à la faveur d’une approche multisectorielle.

«Le Burkina occupe une place certaine au sein des pays membres du groupe Afrique de l’OCI en matière de lutte contre le cancer. De cette conférence, le Burkina aura beaucoup de retombées en matière de contact avec les partenaires compétents, les industries de prise en charge et les laboratoires en matière de lutte contre le cancer», affirme Sika Kaboré.

Pendant ces 48 heures, il s’agira spécifiquement de de présenter l’état des lieux du fardeau croissant du cancer dans les pays membres du groupe Afrique de l’OCI ; d’identifier les voies et moyens par lesquels les premières dames peuvent renforcer leur rôle de leadership pour lutter efficacement contre le cancer et sauver des vies dans le cadre des politiques sanitaires de leurs pays respectifs ; de partager les meilleures pratiques régionales et promouvoir des mécanismes de coordination régionale en matière de registre de cancer, de planification et de mise en œuvre du contrôle du cancer afin de renforcer les systèmes de santé ; de discuter des moyens d’élargir l’accès à la prévention, au diagnostic, au traitement et aux soins du cancer etc.

Sika Kaboré rassure par ailleurs que les recommandations qui seront issues de ce séminaire ne resteront pas dans les terroirs. «Il s’agit pour nous aujourd’hui, de mettre tous nos efforts ensemble pour arriver à mettre ensemble des plateaux techniques suffisants pour pouvoir prendre les malades en charge. Puisqu’il s’agit de nous les premières dames, nous n’allons pas laisser les choses en l’état. Dès que chacune d’entre nous retournera dans son pays respectif, nous allons prendre les choses en mains pour que ce ne soit pas un fora de plus dont les recommandations resteront lettre morte», rassure la première dame.

Placé sous le thème: «Un engagement solidaire pour lutter contre le cancer», ce séminaire sera marqué par la présence de plusieurs premières dames. Sont attendues les premières dames du Bénin, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, de la Gambie, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Mozambique, du Niger, du Nigéria, du Sénégal, de la Sierra Leone, du Tchad, du Togo et de l’Ouganda.

En plus des pas membres de l’OCI, la première dame du Soudan sera également présente en qualité d’invitée spéciale du Burkina, au regard de son expérience et de son engagement aux côtés de son époux, le président Omar el-Béchir dans la lutte contre le cancer.

Les premières dames conduiront à cet effet, des délégations d’experts auxquelles s’ajoutent des experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), de l’OMS, de l’Arabie Saoudite et de la Turquie.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir