Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

POLITIQUE

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a tenu son 2ème congrès ordinaire le week-end dernier sous le thème «UPC: stratégie pour une victoire éclatante en 2020, synonyme de paix, d’unité nationale, de sécurité et de prospérité». Ce congrès qui vise non seulement à renouveler les instances dirigeantes du parti, mais aussi et surtout à réfléchir sur les stratégies idoines pouvant permettre au parti du «Lion» de parvenir au pouvoir en 2020, a connu la présence de personnalités non des moindres. Notamment, Eloi Sanou, président de la fédération UPC de France et représentant l’ensemble des délégations européennes et Gilbert Noel Ouédraogo, président de l’ADF/RDA. Pour le premier cité, le vote des Burkinabè de l’étranger reste et demeure une préoccupation majeure.


Edouard Sanou, président de la fédération UPC de France
«C’est un congrès essentiel pour notre parti. Le thème choisi est combatif et prend date. Parce que si nous mettons en place l’ensemble des éléments combatifs qu’il faut à travers ce congrès, nous avons la possibilité d’accéder à la victoire en 2020. Il est question actuellement de modifier le code électoral et du vote de la diaspora. Nous pensons que les choses ne sont pas clairement dites et à l’heure qu’il est, on ne sait toujours pas dans quelle condition les Burkinabè de la diaspora voteront, qui va voter, avec quelle pièce, comment et dans quelles villes. Nous attendons donc de le savoir. Et la modification du code électorale sera faite dans ce sens-là. Nous restons très vigilants sur le contenu de ce code électoral et nous mettrons en place tout ce qu’il faut pour déjouer les pièges qui ont été mis en place par le parti au pouvoir. Le chef de l’Etat a pris l’engagement de faire voter les Burkinabè de l’étranger et nous allons donc lui faire confiance. Mais si jamais il ne respecte pas cet engagement de campagne électorale, nous comprendrons qu’il n’a pas de parole. Mais tout reste à savoir dans quelle condition cette promesse de campagne sera tenue. La citoyenneté est aussi liée au droit de vote et on est qu’un demi-citoyen si on ne vote pas. Donc il est important que le président du Faso qui est le garant de nos institutions, tiennent sa parole pour que tous les Burkinabè de la diaspora qui contribuent à la vie politique et sociale de notre pays, deviennent enfin des citoyens à part entière.»

Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA
«Nous devront continuer à travailler à renforcer l’opposition politique et nous devront apporter des réponses aux défis qui se posent à notre pays. Les défis sont nombreux, notamment la lutte contre le terrorisme, la sécurité, la réconciliation nationale, la lutte contre la corruption etc. Pour nous, on doit admettre le passeport, la carte nationale d’identité et la carte consulaire si les Burkinabè de l’étranger doivent voter. Car c’est vouloir exclure une partie des Burkinabè si on veut faire autrement. Nous allons ensemble, arrêter le meilleur schéma à même de nous permettre de conquérir le pouvoir en 2020. Parce que le chef de l’Etat s’est déjà déclaré candidat et les choses sont très clairs. Il appartient donc à l’opposition politique de savoir s’organiser pour aller à la conquête du pouvoir.» 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé